Mot du nouveau Supérieur

150 ans à l’écoute des peuples du monde africain

On pourrait écrire, partout dans notre pays, un avis d’embauche : nous recherchons des personnes adultes de tous les âges pour un service qui se fait de plus en plus rare dans le monde d’aujourd’hui. Nous avons urgemment besoin de personnes avec ‘des grandes oreilles’, qui acceptent de donner du temps pour écouter les autres gratuitement et avec amour. C’est un travail idéal pour les personnes retraitées qui ont des petitsenfants ou qui vivent non loin d’un CHSLD ou au coeur des villes où se retrouvent souvent des personnes seules et marginalisées, et qui veulent rendre le monde d’aujourd’hui plus humain !

Je reviens d’Afrique après plusieurs années de service où, comme responsable de maisons de formation de candidats à la vie missionnaire, je passais des heures à ‘écouter’ ces jeunes venant de différents pays et continents. Je suis frappé par ce grand besoin, hélas peu comblé, d’être personnellement écouté par une oreille attentive et bienveillante.

Nous sommes en plein temps de carême, nous préparant à célébrer la victoire de la Vie sur la mort, cette reconnaissance positive du Père sur la qualité de vie de son Fils, Jésus, lui qui a su écouter le cri et les plaintes des gens de son peuple. Ce dont plusieurs Africains que j’ai connus dans les pays où j’ai travaillé se rappellent des Religieuses, des Pères et des Frères, ce n’est pas tellement ce qu’ils ont bâti, mais plutôt leur qualité de présence parmi eux. «Ils nous aimaient, ils passaient du temps avec nous, nous nous sentions écoutés par eux…» Oui, que de temps passé à écouter, consoler, encourager, remettre sur pied… 150 ans d’écoute!

Le Père Viateur Lafontaine, notre témoin dans ce numéro, continue, à l’âge de 95 ans, à offrir son oreille à ceux et celles qui désirent être écoutés. Quel immense service offre-t-il en plein coeur de la ville de Montréal! Quel exemple à imiter! L’âge n’est pas un handicap à l’écoute! Même la surdité ne l’est pas, si on sait bien se servir des possibilités qu’offrent aujourd’hui l’accès à l’internet.
 

Réal Doucet M.Afr.
Supérieur provincial des Amériques