RD Congo

« QUE VOTRE PAYS REDEVIENNE LE CŒUR DE PAIX ET DE LIBERTÉ DE L’AFRIQUE ! » : L’APPEL DU PAPE AUX JEUNES DE RDC

Voyage apostolique en République démocratique du Congo : Rencontre avec les jeunes et les catéchistes/Vatican Media/Vatican.va
 
Dans la matinée du 2 février qui marque le 3e jour de sa visite en RD-Congo, le pape François a rencontré des jeunes et catéchistes du pays au Stade des Martyrs de Kinshasa.
« L’avenir est entre vos mains (…) Jésus croit en vous », a-t-il encouragé les dizaines de milliers de personnes présentes.

C’est un stade de 80 000 places archi-comble qui a accueilli le pape François jeudi 2 février, au 3e jour de sa visite apostolique en RD-Congo. La foule de jeunes en liesse, ovationnant, chantant et dansant n’a pas caché sa joie d’accueillir le pape dans le pays. « Grande est notre joie de vous voir parmi nous, avec nous et pour nous ! » a ainsi lancé le porte-parole des jeunes à François.

Faisant remarquer la prééminence de la jeunesse au sein de l’Église en RD-Congo – les moins de 20 ans représentent leurs deux tiers de la population -, Mgr Timotée Bodika, évêque de Kikwit et responsable de la commission épiscopale pour l’apostolat des laïcs, a expliqué au pape François qu’« au sein du laïcat catholique congolais, les jeunes représentent la catégorie la plus grande ».

Mgr Bodika assure que « ces jeunes sont tous engagés dans les mouvements et associations ecclésiaux » et qu’« ils s’efforcent de travailler, avec la grâce de Dieu, pour la transformation de notre société en l’imprégnant de valeurs évangéliques en dépit de la multiplicité des défis, notamment le chômage ». Dans le contexte de ce pays d’Afrique centrale où le taux de chômage est de 84 %, les jeunes ont saisi l’occasion, en présence du premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, pour présenter leurs difficultés au pape François.

« Insistez auprès des dirigeants du Congo »

« Nous voulons bâtir un monde meilleur, mais la crise socio-politico-économique nous déstabilise. Nous jeunes, nous voulons travailler mais le chômage nous guette » a déploré le porte-parole des jeunes catholiques. Il s’en est remis au pape quant au sort de la jeunesse : « Insistez auprès des dirigeants du monde, auprès des dirigeants du Congo. Qu’ils s’occupent réellement des jeunes. »

Prenant la parole à son tour, Olivier Bulanzako, représentant des catéchistes, a présenté au pape le rôle crucial des catéchistes dans le fonctionnement de l’Église en Afrique en général et en RD-Congo en particulier : « En Afrique et donc même dans notre pays, la vie de foi se transmet en grande partie selon le témoignage, le zèle et la préparation des catéchistes »« Dans certaines régions isolées, c’est nous qui portons la responsabilité quotidienne des communautés de foi. Nous donnons notre vie pour que l’Église ait de nouveaux souffles de vie capables de vivre pleinement leur foi catholique et la défendre » a-t-il ajouté.

Cependant il note que « dans le contexte d’aujourd’hui, l’activité catéchétique fait face à d’énormes défis ». Au nombre de ceux-ci, il y a « le poids de la culture, l’invasion des réseaux sociaux, l’insuffisance du personnel formé et capable économiquement d’offrir sa contribution et la montée en puissance de nouvelles communautés religieuses ».

« Ne vous découragez jamais ! »

En retour, le pape François a adressé à ces jeunes et catéchistes : « cinq conseils pour établir des priorités parmi toutes les rumeurs attrayantes qui circulent ». À savoir la prière, l’esprit de communauté, l’honnêteté, le pardon et le service. « Chers amis jeunes et catéchistes, je vous remercie pour ce que vous faites et pour ce que vous êtes : pour votre enthousiasme, votre lumière et votre espérance » a-t-il salué, avant de leur lancer : « Ne vous découragez jamais ! Jésus croit en vous et ne vous laisse jamais seuls ».

Il a également indiqué leur responsabilité dans le changement du visage du pays, et par extension de l’Afrique : « La République démocratique du Congo attend de vos mains un avenir différent, car l’avenir est entre vos mains. Que votre pays redevienne, grâce à vous, un jardin fraternel, le cœur de paix et de liberté de l’Afrique. »

Juste Hlannon

Source : africa.la-croix.com

 

 
Retour à la liste des nouvelles