Togo

 

 LES ÉVÊQUES PRÊCHENT LA PAIX POUR L’ANNÉE 2023

Des évêques du Togo lors d'une session de la conférence épiscopale, à Lomé/Conférence des Évêques du Togo

Au Togo, la région des Savanes dans l’extrême nord du pays est en état d’urgence depuis le 13 juin, après des attaques terroristes. C’est dans ce contexte que les évêques du pays, au seuil du nouvel an 2023, formulent des vœux de paix au Togo, dans la sous-région et dans le monde.

La situation sécuritaire au Togo et dans la sous-région ouest-africaine est de plus en plus inquiétante. Aussi un état d’urgence sécuritaire a-t-il été décrété le 13 juin dans la région des Savanes, au Togo, puis renouvelé le 6 septembre pour une période de six mois.

Ces mesures font suite à des attaques terroristes meurtrières dans le nord du Togo, dont la dernière date du 24 novembre dans la localité de Tiwoli, à plus de 600 km au nord-est de Lomé. Deux jours plus tôt, le 22 novembre, s’est tenu au Ghana, un sommet sous-régional de chefs d’État membre de l’Initiative d’Accra lancée en 2017 et regroupant le Burkina Faso, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Ghana, le Mali et le Togo. Une initiative qui a débouché sur la création d’une force multinationale conjointe pour combattre le terrorisme.

Au moment de la commémoration de Noël et du nouvel an, les évêques du Togo adressent des vœux. Cette année, ces messages ont été particulièrement marqués par des appels à la paix. En effet, dans son message, Mgr Benoît Alowonou, évêque de Kpalimé et président de la Conférence des évêques du Togo (CET), a fait observer que « l’annonce de la paix de Noël se heurte aujourd’hui à un monde en guerre où règnent le mépris des faibles, le terrorisme, l’orgueil des puissants et la violence des plus forts. ». Le président de la CET a souhaité « la paix et la joie à tous les fils et filles du diocèse de Kpalimé, à notre pays le Togo, à l’Afrique et au monde ».

Les évêques exhortent à la paix

Dans le même sens, l’archevêque de Lomé, Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan, a adressé des vœux « de paix, de bonheur, de santé, d’espérance » et a prié pour que Dieu accorde à l’humanité « de vivre à l’abri des attaques terroristes, dans un climat de vraie fraternité », tout en appelant chacun à assumer ses responsabilités pour l’avènement de la paix. Comme lui, plusieurs évêques ont insisté sur la coresponsabilité dans l’avènement de la justice et de la paix.

« La réalisation de ces vœux requiert notre adhésion et notre collaboration sincère, libre et responsable » affirme l’évêque de Dapaong, Mgr Dominique Guigbile, qui rappelle que Dieu est à l’œuvre pour « l’avènement d’un monde plus solidaire et fraternel où règnent l’amour véritable, le droit, la justice et la paix entre tous les hommes ».

Le nouvel évêque nommé pour le diocèse d’Atakpamé, Mgr Moïse Touho, a interpellé en ces termes : « Portons-nous mutuellement dans la prière, afin que Dieu fasse advenir pour nous sa paix ; et soyons nous-mêmes cette paix que nous désirons tant pour nos proches et pour tous ». S’appuyant sur le message du pape François pour la 55e journée mondiale de prière pour la paix, l’évêque d’Aného, Mgr Isaac Jogue Gaglo, a exhorté chacun « à tracer ensemble, des sentiers de paix dans la mesure où personne ne saurait se sauver tout seul ».

Mais au-delà des crises et du désespoir, Mgr Célestin Marie Gaoua, évêque de Sokodé, invite à l’espérance et croit que « les efforts de construction de cette paix porteront de bons fruits ». Tout aussi confiant et optimiste, Mgr Jacques Longa, évêque de Kara, a prié afin que Dieu donne à chacun et au monde entier « un surcroît de paix et de joie durant l’année 2023 ».

Charles Ayetan (Lomé)

Source : africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles