Mot du Supérieur

Des mondes à découvrir

Gille Barette

     Chaque Lettre aux Amis invite au voyage. Pas seulement géographique ou historique, mais surtout à la rencontre de personnes, au contact avec des missionnaires heureux qui, au rythme des lenteurs et difficultés humaines, portent le poids du jour pour témoigner de la grande proximité amoureuse de Dieu. La Lettre aux Amis permet aussi un voyage sur les chemins intérieurs par lesquels Dieu passe. Celle d’aujourd’hui ne fait pas exception.

    Nous allons de l’Ouganda au Burkina Faso avec un missionnaire du diocèse de Nicolet et pouvons le suivre dans sa mission de réconciliation dans les couples. Nous allons au Togo. Un Père belge, vivant avec un Ghanéen et un Congolais, vous remercie pour votre générosité. Il nous disait, en décembre dernier, que, depuis 2012, tout était à édifier : d’abord, la communauté chrétienne et aussi les bâtiments pour qu’elle puisse se rassembler et inviter tout le quartier. Le voyage passe aussi par le Mali. Un confrère zambien, vivant avec un Congolais, nous dit l’urgence de protéger le périmètre du terrain à partir duquel la petite communauté chrétienne pourra mieux témoigner de sa foi en plein milieu musulman. Les missionnaires vont à la rencontre de l’autre même s’il est musulman ou se réfère à une religion africaine traditionnelle. Vous trouverez donc un court article sur l’islam.

     Depuis leur fondation en 1868, les Missionnaires d’Afrique ont rencontré des musulmans, et cela continue encore. Vous-mêmes, qui lisez cette Lettre aux Amis, pouvez aussi participer à l’expérience de la rencontre des musulmans puisqu’ils sont de plus en plus nombreux dans nos milieux, certains bravant les difficultés de frontières pour trouver chez nous un présent sécuritaire et un avenir heureux. La rencontre de l’autre, c’est le principal voyage que chaque missionnaire fait et vous invite à faire.

      La parole de vie va dans le même sens quand elle invite à voyager vers les plus délaissés et démunis, vers les moins aimables et vers ceux qui ne font pas bonne impression. Quand nous parions sur la grande faiblesse de Dieu, l’AMOUR, alors les murs sont abattus, et tout est possible

     Encore un très grand merci d’accueillir les missionnaires chez vous par cette Lettre et de continuer à les soutenir par votre prière, votre amitié et votre générosité.

Gilles  Barrette,  Provincial des Amériques