Ethiopie

 
Désarmement ordonné, régulier et coordonné :
accord de paix signé entre les parties belligérantes

Addis Abeba (Agence Fides) - Dans la nuit du 3 au 4 novembre 2020, les hostilités ont commencé entre l'armée fédérale éthiopienne et les milices tigrées du TPLF. Hier après-midi, le 2 novembre 2022, après plusieurs jours d'intenses négociations menées par l'Union africaine à Pretoria, en Afrique du Sud, un accord de paix historique a été conclu entre les parties belligérantes.
"L'Éthiopie est une grande nation et doit continuer à l'être, c'est la fierté de l'Afrique", a déclaré le haut représentant de l'Union africaine pour la Corne de l'Afrique, le Nigérian Olusegun Obasanjo, soulignant qu'avec cet accord, les parties s'engagent à "une cessation permanente des hostilités, un désarmement ordonné, régulier et coordonné, ainsi que le rétablissement de l'ordre public et des services, en plus d'un accès sans entrave à l'aide humanitaire et de la protection des femmes et des enfants".
Le Premier ministre Abiy a exprimé sa gratitude à Obasanjo et à l'ensemble de la commission pour ce résultat important, une solution qui a vu "les Africains résoudre les problèmes des Africains". Ces derniers jours, M. Abiy avait dénoncé à plusieurs reprises l'ingérence étrangère dans les pourparlers de paix.
Le conseiller du Premier ministre pour la sécurité nationale, Redwan Hussein, a également déclaré qu'il s'agissait d'une victoire pour l'Éthiopie et pour la paix elle-même : " Nous devons nous réjouir et regarder au-delà des atrocités de la guerre ".
Malgré la poursuite des bombardements érythréens, notamment dans la ville d'Adigrat, l'accord de paix ouvre un nouveau chapitre de l'histoire de l'Éthiopie et un grand espoir pour la reprise d'une vie normale dans les régions du nord de l'Éthiopie.
En août dernier, après cinq mois de trêve, les troupes gouvernementales, soutenues par les milices d'Amara et l'armée érythréenne, avaient attaqué les milices du Tigré du TPLF, prenant le contrôle de villes clés du Tigré (voir Fides 24/8/2022). En particulier, l'Érythrée, avec des forces importantes et des bombardements massifs, a durement frappé la population civile déjà épuisée après deux ans de guerre. Le nombre de victimes civiles est incertain, mais on suppose qu'il est de l'ordre de centaines de milliers, sans compter les blessés qui n'ont plus aucun espoir d'être soignés dans les hôpitaux, désormais dépourvus de tout
Pour l'instant, il semble que les troupes érythréennes perdent beaucoup d'hommes et de véhicules dans les combats et sont assiégées tout le long de la route qui relie la ville occidentale de Shire, la ville d'Axum, où, selon la tradition éthiopienne, l'Arche d'Alliance est conservée dans l'église de Sainte Marie de Sion, et la ville d'Adua, où, en 1986, les Éthiopiens ont vaincu les troupes italiennes dans une bataille historique encore célébrée aujourd'hui en Éthiopie.

Source:  fides.org

Retour à la liste des nouvelles