RD-Congo

 

Une religieuse assassinée dans l’Est de la RD-Congo


Le long de la route principale de Beni, en RDC. / Razdagger / Wikimedia Commons

Dans un message datant du 20 octobre, Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, évêque du diocèse de Butembo-Beni, dans l’Est de la RD-Congo a annoncé l’assassinat d’une religieuse médecin.
L’attaque a fait plusieurs autres morts et de nombreuses personnes sont depuis portées disparues.

Une attaque d’une violence inouïe, plusieurs morts parmi lesquelles une religieuse. C’est l’expérience traumatisante vécue par les habitants du village deMaboya, dans l’Est de la RD-Congo. Dans un communiqué datant du 20 octobre, Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, évêque du diocèse de Butembo- Beni a annoncé le décès de Sœur Marie-Sylvie Kavuke Vakatsuraki, médecin et membre de la congrégation des Petites sœurs de la Présentation de Notre Dame au Temple de Butembo-Beni.

Selon des sources contactées sur place, le corps de la religieuse a été retrouvé calciné. 6 autres corps sans vie, décapités et brûlés ont été aussi retrouvés. De plus, 10 malades qui étaient en médecine interne sous surveillance et leurs 10 gardes-malades ainsi que 3 femmes enceintes et les personnes qui les accompagnaient n’ont pas été retrouvés. Les assaillants sont probablement des troupes des Forces démocratiques alliées (ADF). Les ADF sont des rebelles musulmans ougandais installés dans l’est de la RD-Congo depuis le milieu des années 1990. Depuis 2019, ils multiplient les attaques djihadistes dans l’est de la RD-Congo.

« Les mots nous manquent »

Les assaillants ont incendié le bâtiment et saccagé l’ensemble du bâtiment qui constituait la structure de santé catholique mais également le couvent attenant.

« Face à la tragédie de ce 20 octobre 2022 à Maboya, les mots nous manquent tant est-il vrai que l’horreur a plus que dépassé le seuil ! » s’émeut Mgr Sikuli Paluku dans ce communiqué. « C’est avec consternation que le diocèse de Butembo- Beni a appris la triste nouvelle d’une attaque armée contre le village de Maboya, ciblant entre autres le Centre de Santé de référence de Maboya, qui est une formation sanitaire de notre Bureau diocésain des Œuvres médicales (BDOM) », ajoute-t-il.

Attentat dans une paroisse

Cette tuerie intervient un peu plus d’un an après un attentat manqué dans une paroisse catholique de la ville de Béni, dans le même diocèse. Dimanche 27 juin 2021, le pire a été évité à la paroisse catholique EmmanuelButsili. L’explosion, vers 6 heures du matin, d’une bombe artisanale avait fait deux blessés graves peu avant l’administration du sacrement de confirmation à des centaines d’enfants.

Prêtres enlevés

L’attentat manqué de cette paroisse a été premier attentat attribué aux terroristes touchant directement un lieu de culte catholique dans l’Est de la RD-Congo. Par ailleurs, en 2017 et 2012, cinq prêtres ont été enlevés et sont toujours portés disparus dans cette partie de la RDC. Les pères Charles Kipasa et Jean-Pierre Akilimali du diocèse de Butembo-Béni ont été enlevés la nuit 16 au 17 juillet 2017. Les pères Jean-Pierre Ndulani, Edmond Kisughu et Anselme Wasukundi, trois assomptionnistes en service à la paroisse Notre-Dame de Mbau, dans le territoire de Beni, sont, eux aussi, portés disparus depuis octobre 2012

Imams tués

De plus, en mai 2021, deux imams de la ville de Beni avaient été tués selon le même mode opératoire, non loin de leurs lieux de culte. Un assassinat par balles, au sortir de la prière du soir. Ce fut d’abord, le 1er mai, le Cheikh Ali Amin, président de la communauté islamique et chargé des cultes de cette ville, ensuite le Cheikh Moussa Djamali, imam de la mosquée de Mavivi, à 10 km de Beni, le 18 mai.

Lucie Sarr

Source :  africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles