EGYPTE


De jeunes Égyptiens en pèlerinage au Mont
Sinaï pour la 29e "Marche franciscaine"

Quesna (Agence Fides) - Un pèlerinage de cinq jours, sur des chemins empruntés depuis des temps immémoriaux par des saints, des prophètes et des pénitents, pour demander le don de la réconciliation intérieure et découvrir le projet d'amour de Dieu pour sa vie. C'est l'expérience intense et évocatrice qu'ont vécue les frères, les religieuses et des centaines de garçons et de filles qui ont participé du 20 au 30 juillet, à la 29e Marche franciscaine, le traditionnel pèlerinage organisé en Égypte par les Frères mineurs, quis'est déroulé autour de la destination du mont Sinaï cette année et qui s'est conclu par une divine liturgie célébrée par l'évêque copte catholique Hani Bakoum à Quesna, dans la cathédrale dédiée à la Vierge Marie.
Le mont Sinaï est une destination pour les pèlerins chrétiens depuis le 4e siècle de notre ère. La "Marche franciscaine" semble s'inscrire dans le droit fil des politiques gouvernementales qui visent à promouvoir l'Égypte comme destination de pèlerinages chrétiens évocateurs depuis des années. Dans des déclarations faites aux médias égyptiens, le père Milad Shehata, directeur du Centre culturel franciscain du Caire, a fait remarquer que pour les garçons et les filles concernés, le pèlerinage - qui avait pour slogan la phrase "J'ai quelque chose à vous dire" - représentait un moment propice de prière, de silence et de coexistence fraternelle, une occasion idéale pour reconnaître l'horizon de bonheur auquel sa vie est appelée, à la suite de Jésus. Le prêtre franciscain a également exprimé son intention d'inviter des amis musulmans à la prochaine marche franciscaine.
La tradition des pèlerinages chrétiens à travers les terres d'Égypte remonte au IVe siècle de notre ère. La fondation du monastère Sainte-Catherine dans le Sinaï remonte à Sainte-Hélène, la mère de l'empereur Constantin, qui a fait construire en 328 une première chapelle sur le site où Moïse aurait parlé avec Dieu dans l'épisode biblique du buisson ardent. La plus ancienne trace documentée d'un lieu de culte dédié à Sainte Catherine au Sinaï se trouve dans le "Chemin d'Égérie", une religieuse originaire de Gaule qui a rassemblé dans son ouvrage le récit des sites bibliques qu'elle a visités lors d'un long pèlerinage entre 381 et 384. Depuis lors, certains chrétiens qui se rendaient en pèlerinage à Jérusalem avaient l'habitude d'inclure le Sinaï dans leur itinéraire. Une pratique spirituelle qui s'est poursuivie même après que des souverains appartenant à l'islam soient venus dominer l'Égypte.

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles