CAMEROUN


"Annoncer l'Évangile par des œuvres de charité" : les missionnaires Orionini prêts à inaugurer une nouvelle communauté

Djoum (Agence Fides) - "Nous sommes sur le point d'ouvrir une nouvelle communauté dans le diocèse de Sangmelima, où l'évêque, Mgr Christophe Zoa, nous attend pour confier le peuple de Dieu dans la localité de Djoum. Le 5 juillet, deux prêtres sont partis pour commencer à organiser la mission, qui sera officiellement ouverte en octobre prochain, le "mois des missionnaires". C'est ce qu'affirme le Père Pierre Assouan, missionnaire d'Orione, dans une interview accordée à l'Agence Fides, en parlant de la nouvelle mission que les héritiers spirituels de Saint Louis Orione de la Province africaine " Notre Dame d'Afrique ", ont décidé de lancer au Cameroun.

Le diocèse de Sangmélima est situé dans la région du sud du Cameroun. Les missionnaires catholiques dans ce territoire sont arrivés 50 ans après les protestants presbytériens, qui constituent la communauté la plus répandue. Le diocèse compte actuellement 39 paroisses et environ 50 prêtres.

"En octobre 2021 - raconte le père Pierre à Fides - à l'invitation de Mgr Christophe Zoa, évêque de Sangmelima, nous nous sommes rendus au Cameroun, visitant le diocèse pour essayer de trouver une éventuelle présence de notre congrégation dans le pays. Après quelques jours de voyage, poursuit-il, la proposition de Mgr Zoa est tombée sur Djoum, une agglomération située à environ 105 km de Sangmelima et à 120 km de la frontière entre le Gabon et le Congo. Il y a ici une paroisse, une école primaire et un dispensaire. Il y a aussi un foyer, une structure que le diocèse a construite pour loger les pygmées qui vivent à la limite de la forêt". "La paroisse, rapporte le missionnaire, possède également un vaste terrain d'une vingtaine d'hectares. Sur une partie de celle-ci, il y a une plantation de palmiers et des étangs à poissons, où se trouve également une petite ferme gérée par le curé".

Le père note : "Les communautés chrétiennes de cette partie du pays sont encore en cours de consolidation et ont besoin d'un approfondissement de la foi et d'un accompagnement spirituel. Nous partons, poursuit-il, de la situation de chaque communauté, pour l'aider à discerner les implications de la foi dans la vie quotidienne, dans la famille, dans l'éducation, dans la maladie comme dans la santé, dans la profession comme lieu de véritable témoignage chrétien".

"Ce choix est symbolique, explique le père Pierre, et traduit la maturité de la Province qui, après cinquante ans de présence orioniste en Afrique de l'Ouest, est prête à planter sa tente en Afrique centrale, au Cameroun. "Nous avons été accueillis avec beaucoup de joie par la population locale", rapporte-t-il, "ce qui est de bon augure pour notre avenir dans cette partie de l'Afrique. Il y a beaucoup à faire, dit le père Assamouan, il est très important de regarder les nombreux jeunes qui sont en formation, les réponses positives timides mais encourageantes de la population locale, qui a besoin d'être animée, poussée et aidée. Nous, les missionnaires d'Orione, conclut-il, avons la mission de répondre, dans notre style et selon le charisme de notre fondateur, saint Luigi Orione, aux défis que cette terre et cette société nous lancent".

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles