Afrique


"Redécouvrons la capacité d'écouter les autres" :
appel de l'Afrique pour la Journée mondiale des communications

Rome (Agence Fides) - Ce n'est qu'en écoutant les autres que nous pouvons jeter les bases d'un dialogue fructueux, prémisse à la construction d'une société plus juste. Telle est la synthèse des messages lancés par certains évêques africains à l'occasion de la 56e Journée mondiale des communications célébrée hier, dimanche 29 mai.
"Nous avons tué notre capacité à être patient et cela a conduit à notre incapacité à écouter. Nous nous sommes rendus incapables de répondre à l'un des plus grands besoins de l'homme : le désir illimité d'être entendu", a déclaré Son Excellence Mgr Peter Kayode Odetoyinbo, Évêque d'Abeokuta (Nigeria), dans son homélie prononcée dans la cathédrale des Saints Pierre et Paul. "Nous voulons tous être entendus ; nous voulons tous déverser le fardeau que nous portons dans nos cœurs ; nous voulons chercher une véritable orientation ; nous voulons poser des questions existentielles ; nous voulons simplement que quelqu'un nous écoute", a souligné Mgr Odetoyinbo.
Ce manque d'écoute et de communication est d'autant plus grave dans un pays comme le Nigeria, qui traverse de graves tensions et conflits. "Les événements survenus dans notre pays ces derniers temps, qui se manifestent par le meurtre continu et impitoyable d'âmes innocentes, les enlèvements, les mutilations, les conflits religieux et politiques, nous appellent à réévaluer notre sens de l'écoute. Nous avons en effet été sourds l'un à l'autre. Nous avons sacrifié l'amour et le souci des autres sur l'autel de l'égoïsme. Nous avons fermé nos oreilles pour ne pas entendre la vérité de notre existence, nous avons couvert nos yeux pour ne pas voir la détresse de ceux que nous sommes appelés à aider, et nous avons fermé nos bouches pour ne pas dénoncer les maux de notre pays. Tout cela est dû à la triste vérité que nous avons cessé d'écouter avec les oreilles de notre cœur", a remarqué l'évêque d'Abeokuta.
"Le désir d'être entendu est l'un des besoins humains les plus fondamentaux dans le monde d'aujourd'hui", a déclaré Son Excellence Mgr Valentine Kalumba, Évêque de Livingstone et directeur des communications sociales de la Conférence des évêques catholiques de Zambie (ZCCB). "La communication ne se fait pas sans l'écoute, et il n'y a pas de bon journalisme sans la capacité de bien écouter. La société perd la capacité d'écouter, tant dans les interactions quotidiennes que dans le débat social", a-t-il déclaré.
Monseigneur Kalumba a souligné en même temps que l'écoute connaît un nouveau développement important dans la sphère de la communication et de l'information, comme en témoignent les nombreux podcasts et messages audio disponibles, confirmant que l'écoute auditive reste une partie importante de la communication humaine. 

Source:  fides.org

Retour à la liste des nouvelles