Gabon


Le président Ali Bongo veut une nonciature
apostolique de plein exercice au Gabon
 

Ali Bongo Ondimba arrivé à Rome mardi 26 avril 2022 pour une visite d'Etat de trois jours au Vatican crédit: Page Facebook du Président Ali Bongo Odimba

Un communiqué de la présidence gabonaise a annoncé une visite de 72 heures du président Ali Bongo au Vatican dans le cadre de la redynamisation des liens d’amitié et de coopération entre les deux États. Cette visite intervient deux ans après la violente opposition des forces de sécurité gabonaise face à la volonté de l’épiscopat de rouvrir les églises fermées pendant six mois en raison de la pandémie de Covid-19.

Le président gabonais Ali Bongo est à Rome depuis mardi 26 avril d’où il se rend au Vatican pour une visite de travail de 72 heures. « Il devrait s’entretenir en tête à tête avec Sa Sainteté le Pape François, conformément au protocole du Vatican », renseigne un communiqué de la présidence gabonaise, qui précise que ce sera l’« occasion pour le Chef de l’État et le Saint-Pére, de se féliciter de l’excellence des relations qui unissent le Gabon et le Vatican ».

L’entretien entre Ali Bongo et le pape, informe la présidence, « devrait également leur permettre d’une part, d’examiner les sujets d’intérêt commun, notamment la volonté du Chef de l’État d’accueillir dans notre pays une Nonciature de plein exercice dans un futur proche ».

Le Gabon et la République du Congo ont en effet un même nonce apostolique. L’actuel, Mgr Javier Herrera Corona, a été nommé le 5 février. À cet effet, « le Gabon se réjouit d’ores et déjà de la désignation du nouveau Nonce apostolique, dont l’agrément sera donné tout prochainement par les autorités gabonaises, et d’autre part de réactiver la Commission Mixte de Suivi de l’Accord-Cadre entre le Gabon et le Vatican, signé à Libreville, le 12 décembre 1997 ».

Des églises encerclées

Cette visite intervient deux ans après la violente opposition des forces de défense et de sécurité gabonaise face à la volonté de l’Église catholique de rouvrir ses églises fermées pendant six mois en raison de la pandémie de Covid-19.

La décision de l’épiscopat prise le 4 octobre 2020 de les rouvrir s’est en effet heurtée à la sévérité des mesures annoncées, le 16 octobre, par le gouvernement pour la réouverture des lieux de culte. Officiellement, les lieux de culte pouvaient désormais être ouverts mais avec seulement 30 fidèles et une heure de rassemblement public par semaine. De plus, les 30 fidèles doivent obligatoirement au préalable justifier de leurs tests Covid-19 et se faire enregistrer au ministère de l’intérieur. La communion est interdite lors des messes.

Mais alors que les évêques du Gabon avaient annoncé la réouverture des églises le dimanche 25 octobre, dès le samedi 24 octobre, des patrouilles entières de police ont été déployées aux alentours des lieux de culte catholiques de Libreville et des autres diocèses du pays. Dimanche 25 octobre, la garde républicaine, a encerclé la maison de Mgr Iba Ba, l’archevêque de Libreville. Toutes les voies d’accès ont été barricadées et les fidèles, empêchés de s’approcher.

Prêtres tabassés et évêque brutalisé

Dans le diocèse d’Oyem, au nord du Gabon, Mgr Jean-Vincent Ondo Eyene et ses fidèles ont prié le rosaire en procession dans les rues. Cette prière a été conclue par une adoration du Saint-Sacrement devant la cathédrale Saint-Charles Lwanga encerclée par des militaires. « L’évêque a été brutalisé pour l’obliger à lâcher le Saint Sacrement et des prêtres tabassés », s’est offusqué un fidèle du diocèse interrogé par La Croix Africa.

Mgr Jean-Vincent Ondo Eyene a cependant béni les militaires avec le Saint-Sacrement avant de conclure la prière. Tout comme lui, Mgr Iba Ba a fini la messe pontificale dite à la cathédrale de Libreville en bénissant les forces de sécurité et de défense. En outre, deux prêtres avaient été arrêtés au cours de la matinée du 25 octobre : le père Christian Iloubi, vicaire de la paroisse Saint Dominique de Moanda, dans le diocèse de Franceville et le père Frédéric Ntoutoum, vicaire de la paroisse Saint-André de Libreville et chancelier du diocèse de Libreville.

La Croix Africa

Source : africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles