Mali


Le cardinal Zerbo demande au gouvernement de négocier avec la CEDEAO pour lever les sanctions

 
Le cardinal Jean Zerbo.Le cardinal Jean Zerbo.

Le cardinal Jean Zerbo a, dans son message de Pâques 2022, appelé le gouvernement de transition du Mali à négocier avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en vue de la levée des sanctions qui pèsent sur la nation ouest-africaine.

Le 9 janvier, la CEDEAO a annoncé qu'elle fermerait les frontières avec le Mali et imposerait des sanctions économiques suite à la tentative du gouvernement de prolonger la période de transition de cinq ans, malgré un engagement à organiser des élections en février de cette année, a rapporté BBC News.

Dans son message publié le dimanche de Pâques, le 17 avril, le cardinal Zerbo a souligné la nécessité de lever les sanctions.

"Nous devons continuer à négocier avec la CEDEAO pour que les sanctions soient levées", a déclaré le cardinal Zerbo lors de son homélie du dimanche de Pâques à la cathédrale du Sacré-Cœur de l'archidiocèse de Bamako.

Les sanctions, a-t-il ajouté, "ne font que rendre la situation plus difficile, voire insupportable."

Le Mali est actuellement dirigé par le colonel Assimi Goita qui a mené deux coups d'État en l'espace de neuf mois, évinçant d'abord le président élu du pays en août 2020, puis, le 24 mai 2021, les dirigeants intérimaires qui devaient diriger le gouvernement de transition du pays.

À la suite du coup d'État du 24 mai, la Cour constitutionnelle du Mali a nommé le colonel Goita président de transition, jusqu'à ce que le pays d'Afrique de l'Ouest organise des élections pour remplacer le président élu, Ibrahim Boubacar Keita, qui a été renversé en août 2020.

Cette décision a suscité critiques et condamnation, les dirigeants de l'Église catholique du pays qualifiant les événements du 24 mai de "prise de pouvoir en dehors du processus légal".

Dans son homélie du dimanche de Pâques, le cardinal Zerbo a exprimé sa tristesse face aux événements douloureux qui se déroulent dans le monde.

"Depuis plusieurs années, nous vivons dans un monde marqué par de violents conflits", a déclaré l'archevêque de Bamako, avant d'ajouter : "Il y a tant de morts ; tant de blessés ; tant de personnes déplacées ; tant de veuves et d'orphelins ; tant de personnes âgées privées de leur soutien."

 

Il a poursuivi : "Que le Seigneur accorde le repos éternel à tous nos morts, à tous ceux qui ont perdu la vie dans ces conflits."

"Ce n'est pas un hasard, mais plutôt un signe de la providence que la communauté musulmane du Mali et du monde entier ait commencé ce mois de Ramadan quelques semaines avant la fin du Carême chrétien", a déclaré le cardinal malien de 78 ans.

Il a exhorté chrétiens et musulmans à "mieux comprendre les événements à la lumière de Pâques, à la lumière des récits de la vie du Messie, de ses souffrances, de sa mort et essentiellement de sa résurrection et de son ascension glorieuse".

En janvier, les membres de la Conférence épiscopale du Mali (CEM) ont lancé un appel au dialogue afin de trouver des solutions acceptables pour tous les citoyens de la nation ouest-africaine au milieu des sanctions imposées par la CEDEAO.

"Le Mali vit un moment critique de son existence, mais avec la foi en Dieu et la confiance dans les Maliens et les Maliennes, ainsi que dans les personnes et les institutions qui nous aident, nous réaffirmons notre foi dans la vertu du dialogue entre frères", ont déclaré les membres de la CEM dans leur message publié à l'issue de leur assemblée plénière dans l'archidiocèse de Bamako le 27 janvier.

Ils ont appelé les autorités du pays, la CEDEAO et les autres instances internationales "à dialoguer afin de trouver une solution acceptable par tous pour le bien de notre paisible peuple".

"Nous devons mettre de côté nos égos et privilégier l'intérêt supérieur du peuple", ont déclaré les évêques catholiques du Mali dans leur message signé par le président de la CEM, Mgr Jonas Dembélé.

Source : aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles