RD CONGO


Un projet alimentaire salésien profite à des centaines
de personnes dans l'archidiocèse de Lubumbashi

Wilondja Mayayu Luc est un jeune salésien et l'un des bénéficiaires du projet. Crédit : Missions salésiennesWilondja Mayayu Luc est un jeune salésien et l'un des bénéficiaires du projet. Crédit : Missions salésiennes

Près de 500 jeunes de Kansebula, un village de l'archidiocèse de Lubumbashi en République démocratique du Congo (RDC), peuvent avoir un repas décent grâce à un projet alimentaire lancé dans une ferme de 44 hectares appartenant à l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB).

Dans un rapport publié lundi 18 avril, les responsables salésiens affirment que la situation des jeunes de Kansebula, qui ne pouvaient pas s'offrir au moins un repas par jour, a été aggravée par le COVID-19, qui a poussé les gens à la pauvreté.

Le projet "Sécurité alimentaire pour les jeunes de Don Bosco Kansebula" a permis de fournir de la nourriture à 360 enfants et jeunes âgés de 6 à 22 ans, ainsi qu'à 83 jeunes salésiens qui étudient la philosophie à Don Bosco Kansebula", indiquent les responsables des SDB.

Ils expliquent que l'objectif du projet de sécurité alimentaire réalisé en partenariat avec les Missions Salésiennes, la branche américaine de développement des SDB, était "d'aider à augmenter le rendement de la ferme pour subvenir aux besoins nutritionnels de ceux qui participent aux programmes salésiens et du village".

"Les villageois vivant près de Don Bosco Kansebula ont utilisé la ferme pour cultiver de la nourriture pour eux-mêmes et pour la communauté", indiquent les responsables salésiens.

Dans le rapport, un bénéficiaire du projet SDB dit qu'ils ont été en mesure de résoudre certains des problèmes d'insécurité alimentaire.

"Je suis très heureux de la générosité dont on a fait preuve en soutenant nos petits projets communautaires. L'aide financière fournie nous a permis de résoudre les difficultés liées à l'insécurité alimentaire", aurait déclaré Wilondja Mayayu Luc.

Le séminariste, qui est en troisième année de philosophie, explique que le projet a permis au séminaire salésien de commencer à élever des poulets de chair, des poules pondeuses et d'acheter quelques chèvres.

"Nous avons également ajouté quelques légumes pour assurer la sécurité alimentaire", déclare le séminariste Luc, et ajoute : "C'était une grande joie dans notre communauté d'avoir une diversité de légumes et d'animaux."

Dans le rapport du 18 avril, les responsables des SDB se disent préoccupés par le niveau de pauvreté de la RDC.

 

Ils disent : "Malgré ses vastes richesses matérielles, la République démocratique du Congo a longtemps été une nation très pauvre. La moitié de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté, avec moins d'un dollar par jour, en particulier les habitants des communautés rurales."

Ils ajoutent que la violence dans ce pays d'Afrique centrale a aggravé la situation.

"Plus de 8,5 millions de personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire. Plus de 4,1 millions de Congolais sont désormais déplacés, 620 000 d'entre eux cherchant refuge dans les pays voisins. Plus de 7,5 millions de personnes n'ont pas assez de nourriture pour se nourrir", déclarent les missionnaires qui travaillent en RDC depuis plus de 100 ans.

Les responsables des SDB disent qu'ils ont travaillé pour s'assurer que les enfants les plus vulnérables de la RDC ne soient pas oubliés.

"Les écoles primaires et secondaires et les programmes salésiens jettent les bases d'un apprentissage précoce, tandis que les programmes salésiens de commerce, de formation professionnelle et d'agriculture offrent à de nombreux jeunes la possibilité d'un avenir stable et productif", indiquent-ils dans le rapport du 18 avril.

Source :  aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles