RD CONGO


L'accès gratuit à l'éducation de base en RD Congo doit bénéficier
"tout le monde" : Cardinal congolais 

L'initiative en faveur de l'éducation de base gratuite en République démocratique du Congo (RDC) doit être mise en œuvre de manière à ce que tous les habitants du pays en bénéficient, a déclaré le cardinal Fridolin Ambongo.

Le cardinal Ambongo, qui s'adressait mardi 11 mai au nouveau ministre de l'éducation de la RDC et à son adjoint, a déclaré que l'Église catholique soutenait l'initiative en faveur d'une éducation de base gratuite dans la nation d'Afrique centrale.

"Nous soutenons cette initiative, mais nous voulons qu'elle soit gratuite pour le bénéfice de tous, car nous nous trouvons dans un système où, s'il n'y a pas d'ajustement responsable, cette gratuité peut conduire à l'effondrement total de notre système éducatif", a déclaré le cardinal congolais.

Il s'est félicité de la rencontre avec les responsables du ministère de l'éducation du pays en déclarant que le partenariat entre le gouvernement et l'église en RDC a la potentialité de sauver "l'éducation gratuite, car cette question est d'une grande importance pour le Président de la République."

"La population congolaise attend beaucoup du ministère de l'éducation pour une mise en œuvre réussie de cette initiative", a déclaré le cardinal Ambongo lors de sa rencontre avec le ministre de l'éducation, Tony Mwaba, et son adjointe, Aminata Namasia.

Selon le cardinal congolais, la réunion du 11 mai a été l'occasion pour l'Église et le ministère de l'Éducation de "faire le point sur le processus de mise en œuvre de l'éducation de base gratuite et sur le partenariat entre les deux entités".

Les membres de la Conférence épiscopale du Congo (CENCO) se sont montrés enthousiastes face à la promesse du gouvernement de la RDC de rendre l'enseignement primaire gratuit pour tous les enfants congolais scolarisés.

En 2019, les membres de la CENCO ont déclaré que l'accès gratuit à l'enseignement primaire était"irréversible" et que les autorités compétentes devaient donner aux enseignants une rémunération adéquate pour éviter la détérioration de l'éducation nationale.

"La gratuité de l'enseignement primaire doit être irréversible. La CENCO est prête à contribuer à la recherche de solutions pour surmonter les principales difficultés qui pourraient compromettre le succès de cette politique de gratuité ou contribuer à la baisse du niveau d'éducation, déjà déplorable", aurait déclaré le secrétaire général de la CENCO, le père Donatien Nshole, à des journalistes en décembre 2019.

Alors que le président Félix Tshisekedi a décidé d'appliquer l'article 43 de la Constitution, proclamant la gratuité de l'enseignement primaire en RDC à partir de l'année scolaire 2019/2020, la mise en œuvre du programme s'est étalée, les enseignants réclamant leur dû.

 

S'adressant aux journalistes après l'audience du 11 mai avec le Cardinal Ambongo, le nouveau Ministre de l'Education, M. Mwaba, a déclaré que l'Eglise catholique est "un partenaire privilégié de l'éducation en RDC".

"Nous sommes venus pour recevoir la bénédiction mais aussi des conseils sur les différents problèmes qui ont miné les relations entre le ministère de l'éducation et l'Église catholique", a-t-il déclaré.

Le ministre a lancé un appel au "soutien" des dirigeants de l'Église catholique en déclarant : "Nous avons besoin du soutien de l'Église mais aussi de toutes les écoles catholiques pour la réussite de notre mission qui est le redressement de notre sous-secteur et la consolidation de l'enseignement gratuit."

L'année dernière, le cardinal Ambongo a précisé que l'Église catholique n'était pas opposée à la gratuité de l'enseignement primaire.

S'adressant aux journalistes le 23 novembre, le cardinal congolais a rejeté les informations diffusées sur les médias sociaux selon lesquelles l'Église catholique bloquerait la mise en œuvre d'une disposition constitutionnelle autorisant le libre accès à l'éducation de base dans le pays.

"L'Église n'est pas contre l'éducation gratuite et ne pousse pas les enseignants à faire grève. Les gens ne devraient pas aller raconter des histoires", a déclaré le cardinal Ambongo.

En janvier, les membres du CENCO ont exprimé leur soutien et leur engagement à voir le succès de l'éducation de base gratuite dans la nation centrafricaine.

"La CENCO reste engagée à accompagner le processus vers l'éducation de base gratuite, qu'elle considère comme irréversible", ont déclaré les évêques catholiques de RDC dans leur déclaration du 13 janvier.

Ils ont également demandé la mise en place d'un "cadre de concertation impliquant les gestionnaires pour évaluer et améliorer, dans la mesure du possible, la prise de décision en matière de gratuité de l'enseignement."

"Il n'y a qu'une seule solution efficace pour sauver l'enseignement gratuit, à savoir la prise en charge correcte des enseignants et des écoles par le trésor public comme promis", ont déclaré les membres de la CENCO le 13 janvier.

Source: aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles