KENYA


Au Kenya, un diocèse lance une "forêt d'église"
modèle pour encourager la plantation d'arbres

 
Les paroissiens de la mission catholique St Michael à Kilifi, dans le diocèse catholique de Malindi, lors du lancement des activités de plantation d'arbres dans le diocèse, le 13 avril 2021.Les paroissiens de la mission catholique St Michael à Kilifi, dans le diocèse catholique de Malindi,
lors du lancement des activités de plantation d'arbres dans le diocèse, le 13 avril 2021.

La passion de Mgr Wilybard Lagho pour la conservation de l'environnement remonte à son enfance, bien avant qu'il ne devienne prêtre et ne prenne la tête du diocèse catholique de Malindi, au Kenya, où sa passion continue de s'épanouir.

Né d'un père qui était agent agricole de district à Taita-Taveta, une région agricole située au nord-ouest de la ville côtière du Kenya, dans le diocèse catholique de Mombasa, Mgr Lagho a été sensibilisé très tôt aux questions d'environnement et d'agriculture.

"Mon père était passionné d'agriculture et il a introduit la culture du café dans les collines de Taita dans le cadre de son poste d'agent agricole. Je me souviens des nombreuses fois où il m'a emmené avec lui pour rendre visite aux agriculteurs et où nous dormions dans des tentes en forêt. C'est ainsi que mon amour pour la nature et les forêts a grandi", a déclaré Mgr Lagho à ACI Afrique en marge d'une session de plantation d'arbres qui s'est déroulée dans le diocèse le mardi 13 avril.

Il a grandi dans une famille où tous les enfants étaient encouragés à faire pousser des arbres et à préserver l'environnement.

"À l'époque, lorsque les écoles fermaient, la première chose que nous faisions était de planter au moins 20 arbres chacun, et au moment de la réouverture des écoles, notre père faisait le tour de nos projets pour vérifier que nous avions bien planté les arbres et qu'ils prospéraient", a déclaré Mgr Lagho dans ses souvenirs.

Il se souvient encore : "Heureusement, à Taita Hills, les pluies étaient abondantes et le taux de survie de nos arbres était toujours élevé. C'est ainsi que j'ai été élevé. Toujours à aimer les arbres et à connaître leur importance. ”

La passion de l'évêque kenyan pour l'environnement était au cœur de ses 33 années de sacerdoce dans l'archidiocèse de Mombasa, au Kenya, où il a fondé le Centre de développement écologique (ECODEVEC), une organisation non gouvernementale qui enseigne aux agriculteurs des pratiques agricoles qui ne détruisent pas l'environnement.

Il n'est donc pas étonnant que pour son ordination épiscopale le mois dernier, l'évêque de 63 ans ait planté 25 arbres à la mission catholique St. Michael à Mida, Kilifi, une mission éloignée du diocèse de Malindi où il a choisi de célébrer sa consécration. 

Lorsqu'il est retourné à la mission le 13 avril, à l'occasion du grand lancement de l'activité de plantation d'arbres dans le diocèse, Mgr Lagho a été heureux de constater que les arbres avaient enregistré un taux de survie de 100 %.

Baptisée "Church Forest", cette plantation modèle vise à inculquer la culture de la plantation d'arbres aux communautés de Kilifi et à éduquer le peuple de Dieu sur la conservation de l'environnement, a déclaré Mgr Lagho à ACI Afrique.

Il a fait remarquer que plusieurs paroisses de son diocèse disposent de vastes étendues de terres inutilisées qui, selon lui, pourraient être converties en forêts.

Selon l'évêque, la lettre encyclique Laudato Si du pape François "sur le soin de notre maison commune" est "une grande confirmation" des défis auxquels le monde est confronté aujourd'hui en raison des dommages causés à l'environnement.

"J'applaudis l'Église, et en particulier le pape François, pour son engagement en faveur de la conservation de l'environnement et pour la manière dont cette pratique se répercute dans nos diocèses et nos paroisses", a déclaré Mgr Lagho.

Il a ajouté : "Les chrétiens se trompent lorsqu'ils se préoccupent davantage du ciel et de l'au-delà au lieu de s'inquiéter de l'ici et maintenant. Nous devons commencer à prendre soin de la terre, qui est notre maison commune, en particulier pour les générations à venir."

Le modèle de la "forêt de l'Église" est ce que Moses Mpuria, secrétaire exécutif de la commission catholique Justice et Paix du diocèse de Malindi au Kenya, appelle "une réponse tardive à l'appel lancé par les évêques catholiques du Kenya à tous les diocèses pour qu'ils plantent des arbres".

En 2018, la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB), par l'intermédiaire de Caritas Kenya, a lancé une campagne environnementale pour sensibiliser aux mesures que les Kényans devraient prendre pour préserver l'environnement et lutter contre la pollution. Cette initiative a été marquée par la plantation de plus de 2 500 arbres à l'école normale de Shanzu, dans l'archidiocèse de Mombasa.

"Nous ne savions pas comment nous y prendre pour réaliser ce projet. Nous n'avions pas les ressources et le savoir-faire technique. C'est pourquoi il nous a fallu beaucoup de temps pour répondre à l'appel des évêques kenyans", a déclaré M. Mpuria à ACI Afrique le 13 avril.

Il a ajouté : "Ce que nous avons fait, c'est un peu d'embellissement dans nos paroisses en plantant de l'herbe et quelques arbres ici et là. Mais tout le temps, nous voulions avoir quelque chose d'aussi grand que ce qui vient de se passer à Mida."

Un terrain de deux acres et demi a été mis de côté à environ 500 mètres de la mission de Mida pour la forêt de l'Église.

Il s'agit de la même section de terre que le Père Martin Karigu, le prêtre en charge de la mission catholique, utilisait pour cultiver des cassaves, des grammes verts et du maïs pour la consommation de la mission. 

Le père Karigu était heureux de donner ce morceau de terre "pour un but encore plus grand".

"J'ai réalisé que je n'ai plus besoin des cassaves, du maïs et de la nourriture que je faisais pousser sur le morceau de terre. Si j'ai besoin de nourriture, mes paroissiens seront prêts à partager. Il vaut mieux que cette terre devienne une forêt pour que tous apprennent l'importance de faire pousser des arbres", a déclaré le père Karigu à ACI Afrique le 13 avril.

Le prêtre kenyan, qui était auparavant à la tête de Caritas Malindi, a déclaré que Kilifi est l'une des régions du Kenya où les habitants ont le plus besoin d'être sensibilisés à la conservation de l'environnement.

"Les gens pleurent partout à cause du manque de pluies. Aujourd'hui, notre évêque nous a dit que les forêts et les gens sont liés et que lorsque nous coupons les arbres, nous détruisons le cœur même de notre existence", a déclaré le père Karigu.

Kilifi est particulièrement connu pour la combustion du charbon de bois, une activité que le Père Karigu attribue aux niveaux élevés de pauvreté dans la région.

"Les habitants de Kilifi font partie des personnes les plus pauvres du Kenya et ils dépendent uniquement de la pêche et de l'agriculture. Mais ce qu'ils récoltent suffit à peine à les faire vivre longtemps, si bien que beaucoup se rabattent sur le commerce du charbon de bois. Cela a entraîné des niveaux élevés de déforestation", explique-t-il.

Avec le modèle de plantation d'arbres "Church Forest", Caritas Malindi vise à planter plus d'un million d'arbres dans les différentes paroisses du diocèse kenyan, a révélé l'ecclésiastique.

Une centaine de paroissiens ont participé à la plantation des 1 750 arbres Arborea et Casuarina qui ont été donnés par l'Institut de recherche forestière du Kenya (KEFRI) à Kilifi.

Le partenariat avec l'institution de recherche avait pour but de renforcer les capacités et de faire participer le plus grand nombre de personnes possible.

"Nous voulons obtenir les meilleurs plants, ceux qui ont un taux de survie élevé et qui ont été propagés par des experts", a déclaré M. Mpuria à ACI Afrique.

Gladys Ruto, assistante scientifique de KEFRI Kilifi, a déclaré pour sa part que l'Église, pour son rôle de défenseur de la société, contribuerait à rallier de nombreux habitants à la quête de l'institut pour améliorer la couverture forestière dans la ville côtière.

L'institution de recherche, a-t-elle dit, a entrepris d'équiper les locaux des meilleures pratiques technologiques en matière de plantation d'arbres.

"Nous avons effectué de nombreuses recherches sur les espèces d'arbres qui peuvent survivre dans cette région et sur certaines technologies, telles que l'espacement des arbres, à utiliser pour s'assurer que les arbres prospèrent. Nous serons heureux de transmettre ces connaissances à la population locale", a déclaré Mme Ruto, qui a ajouté que l'institution avait produit la carte de capacité des sols, un guide sur la plantation d'arbres commerciaux.

Le choix d'arbres commerciaux vise à fournir aux populations locales des sources de revenus alternatives, a déclaré Mgr Lagho.

"Lorsque nous disons aux gens d'arrêter d'abattre des arbres pour brûler du charbon de bois, nous devons leur donner quelque chose en échange", a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Ce que nous cultivons, ce sont des arbres commerciaux, notamment des arbres fruitiers, dont les habitants pourront bénéficier."

Dans le cadre de son mandat, l'évêque qui sert le diocèse de Malindi depuis environ 25 jours (au 13 avril 2021) dit vouloir encourager l'utilisation de l'énergie verte pour empêcher la combustion du charbon de bois dans la région.

"Nous voulons donner aux gens des alternatives telles que l'utilisation de l'énergie solaire et je recherche donc des partenaires qui aideront les habitants à utiliser le soleil disponible gratuitement pour cuisiner dans leurs maisons plutôt que de dépendre du charbon de bois et du bois de chauffage", a déclaré l'évêque kenyan, ajoutant que la culture réduira également l'oppression des filles qui vont à l'école et qui, selon lui, perdent beaucoup de temps à chercher du bois de chauffage après l'école.

Pendant ce temps, Mgr Lagho a déclaré que son expérience de 25 jours en tant qu'Ordinaire local du diocèse de Malindi avait été très enrichissante.

"Le point culminant de ma nomination a été les célébrations de la Semaine sainte et de Pâques avec la cathédrale Saint-Antoine, une communauté très vivante", a déclaré Mgr Lagho à ACI Afrique le 13 avril.

Il a ajouté : "J'ai également rendu visite à divers groupes d'hommes, de femmes et d'enfants dans les diocèses et j'ai l'intention de visiter toutes les paroisses, y compris les diverses antennes de notre diocèse, au cours des quatre prochains mois, par la grâce de Dieu."

"Je réserverai des jours où je célébrerai des messes dans trois postes de travail différents. Je crois que ce n'est qu'en comprenant le terrain de nos paroisses et des postes secondaires où nos prêtres travaillent que nous, en tant qu'évêques, sommes capables de comprendre les défis des prêtres lorsqu'ils viennent à nous", a déclaré à ACI Afrique le prélat qui a été ordonné évêque le 19 mars, solennité de saint Joseph.

Source: aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles