Nigeria


les missionnaires salésiens facilitent
la réinsertion des garçons des rues à Lagos
 

Credit: Salésiens de Don Bosco (SDB)

La branche de développement de l'Institut religieux des Salésiens de Don Bosco (SDB), basée aux Etats-Unis, facilite la réhabilitation des garçons des rues au Nigeria, pays d'Afrique de l'Ouest.

Dans leur rapport du mardi 9 février partagé avec ACI Afrique, les responsables de l'agence catholique offrent un financement pour soutenir les membres des SDB au Centre de protection de l'enfance Don Bosco dans l'archidiocèse de Lagos, qui accueille au moins 25 anciens garçons des rues.

"Le centre offre des soins aux garçons, âgés de 7 à 15 ans, qui vivaient dans la rue, avaient subi des violences physiques dans leur foyer ou avaient été sauvés de la traite des enfants", ont déclaré les responsables des SDB dans le rapport.

Le financement des Missions salésiennes facilite "les frais de scolarité et la formation professionnelle, les conseils et les soins psychologiques, les soins médicaux et l'habillement des garçons", a indiqué la direction de l'agence basée à New York.

Une partie du financement est également utilisée "pour soutenir les dépenses opérationnelles du centre pour des articles tels que le carburant, l'accès à Internet, la papeterie et les articles de toilette", ajoutent-ils.

"De nombreux jeunes vivent dans les rues de Lagos et se battent pour survivre" en raison du "taux élevé de violence domestique, de maltraitance des enfants, de pauvreté et d'influences environnementales négatives", affirment les responsables de l'entité SDB.

Dans les rues de Lagos, la ville la plus peuplée du Nigeria, beaucoup de jeunes qui "n'ont pas eu la possibilité de recevoir une formation parentale adéquate, l'amour de la famille et même une éducation" se tournent vers "la criminalité, la toxicomanie et d'autres comportements à risque", notent encore les responsables des SDB dans le rapport.

"Parce que Lagos est une grande ville, il y a beaucoup de jeunes qui viennent chercher des pâturages plus verts, y compris certains qui se sont enfuis et pensent qu'ils trouveront du travail et de l'argent", a déclaré le directeur du Centre de protection de l'enfance Don Bosco, le père Augustine Okeke, dans le rapport du 9 février.

Faisant référence aux jeunes, le père Okeke ajoute : "Une fois arrivés à Lagos, ils se rendent compte qu'ils n'ont rien et finissent par vivre dans la rue. Nous les aidons en créant une famille pour eux afin qu'ils se sentent aimés et soutenus. Ils ont un endroit sûr pour vivre et acquérir une éducation et des compétences".

Grâce au Centre de protection de l'enfance Don Bosco, les membres des SDB soutiennent les jeunes en les retirant de la rue, en leur donnant accès à l'éducation et à la formation professionnelle, et en leur donnant l'espoir d'un avenir meilleur.

La réhabilitation des garçons des rues commence par la visite de membres des SDB "dans leur propre environnement (dans les rues)" et leur offre un soutien moral et psychologique, disent les Salésiens dans le rapport.

En contact avec les garçons des rues, les membres de l'Institut religieux fondé par Saint-Jean Bosco collaborent avec une équipe de secours composée de policiers, d'agents de protection de l'enfance, de travailleurs sociaux et d'officiers de justice, pour amener ces jeunes au Centre. 

"Une fois que les jeunes sont au Centre de protection de l'enfance Don Bosco, ils bénéficient de conseils, d'une formation professionnelle et d'un soutien quotidien. L'objectif est de les aider à se préparer à la prochaine étape de leur vie", notent les responsables des SDB.

Ils ajoutent : "Le regroupement familial a lieu plus tard si cela est possible. Le personnel salésien travaille avec la famille et chaque garçon pour aider à le réintégrer dans la vie familiale, puis assure un suivi auprès de la famille pour s'assurer que tout va bien et relever les défis en cours".

Créé en 2014 par les dirigeants des SDB, le Centre de protection de l'enfance Don Bosco, basé à Lagos, a pour mission de travailler selon les principes vécus par Saint Jean Bosco afin de garantir la sécurité, la santé, l'éducation et le développement des compétences des enfants à risque, en se concentrant sur leur transformation intégrale, en créant un foyer pour les victimes de la pauvreté.


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles