RD Congo

Une manifestation statique de trois jours des laïcs catholiques
contre la corruption et les violences dans l’est du pays

Kinshasa (Agence Fides) – « Nous sommes déterminés à poursuivre la croisade pour la consolidation de l’Etat de Droit » affirme un Message envoyé à Fides par le Comité Laïc de Coordination (CLC), une organisation de laics catholiques très active en République démocratique du Congo et en particulier au sein de l’Archidiocèse de Kinshasa, dans lequel la population est invitée à « consacrer trois journées citoyennes au respect, à la défense et à la promotion de la justice ». Le CLC a organisé une grande manifestation statique les 5, 6 et 7 décembre devant le Palais de Justice, Place de l’Indépendance.

Au travers de cette manifestation, le CLC manifestait son indignation face à la corruption, l’impunité et l’impuissance de la justice, et l’insécurité grandissante dans la partie Est du pays. Au cours d’une manifestation organisée en octobre 2019, ce comité réclamait déjà la démission des juges constitutionnels de la République qui auraient validé, invalidé et revalidé de façon ‘‘fantaisiste’’ des résultats des élections de 2018, et la suspension, à titre conservatoire, de toutes les personnes impliquées dans une affaire de détournement des 15 millions d’USD de deniers publics.

« Ayant constaté que les signaux attendus tardent à venir, et qu’en même temps les massacres des populations civiles ont connu une accélération jamais atteinte dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu, nous passons à des actions concrètes. Voilà pourquoi nous venons d’organiser un sit-in géant ininterrompu de 3 jours devant le Palais de Justice. L’objectif est d’obtenir la démission des juges constitutionnels corrompus, la restitution des 15 millions de dollars disparus des caisses de l’Etat, et la fin réelle des violences à Beni », a déclaré samedi 7 décembre le Pr. Isidore Ndaywel, coordonnateur du CLC.

Des milliers de catholiques et des membres des mouvements citoyens ont été au rendez-vous, et le CLC se dit satisfait de ces 3 journées citoyennes. Le message est passé, surtout que des fonctionnaires des ministères de la justice et des affaires étrangères ont été visiblement interpelés par ce sit-in tenu à quelques mètres de leurs locaux. Le CLC et ses alliés rassurent que si rien ne bouge, des actions de ce genre pourront continuer en janvier.

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles