CAMEROUN

 
L'imam de Bamenda : "Dieu n'est jamais du côté de ceux qui tuent ;
il est urgent d'ouvrir une voie de dialogue"

Bamenda (Agence Fides) - "Au début, nous avions un organisme composé des leaders de toutes les religions présentes dans les régions anglophones du Cameroun, créé pour trouver une solution à ce que nous avons toujours appelé une "guerre insensée". La coordination avec le Cardinal Tumi a été très fraternelle et la Conférence Générale Anglophone (AGC) s'est réunie régulièrement pour discuter des raisons profondes du conflit et trouver des moyens de paix. Le travail a été fait de bonne foi pour la justice et la paix. Mais l'équipe n'a pas pu convaincre les deux factions, qui n'avaient pas suffisamment confiance en nous. Après la mort du cardinal, il nous manquait un leader, et pour l'instant il n'y a pas d'organe impliquant les leaders religieux et la société civile, bien que nous nous rencontrions et parlions régulièrement entre musulmans, catholiques et protestants". À Bamenda, capitale des régions anglophones du Cameroun, l'imam Tukur Mohammed Edi, responsable de la mosquée centrale de la ville, confie à l'Agence Fides son inquiétude face à la persistance du conflit et son espoir que les chefs religieux, dont on connaît l'unité d'intention, puissent jouer un rôle encore plus décisif pour la paix.
Le leader musulman poursuit : "Récemment, nous nous sommes réunis à Buea (deuxième ville de la région, ndlr) pour tenter de réorganiser un organe chargé de gérer la situation, en contactant les deux factions et en impliquant la société civile, ici et dans la diaspora. Mais le conflit nous a encore plus unis. Nous, chefs religieux, et nos croyants respectifs, sommes maintenant une seule voix. En particulier, ici à Bamenda, l'Archevêque Nkea et moi avons des relations très cordiales, nous travaillons dur ensemble pour la coexistence'.
Quelques milliers de musulmans résident dans les régions anglophones, et l'Islam est une religion minoritaire avec une représentation solide et profondément enracinée. "Pour moi, en tant que croyant individuel, note l'imam, il est fondamental de faire passer le Coran avant moi et de me demander ce qu'il dirait dans telle ou telle situation". En tant que musulmans, nous n'acceptons en aucun cas que le meurtre, la destruction, les affrontements puissent être la solution aux problèmes, et la sagesse antique nous enseigne une chose simple mais fondamentale : lorsque deux factions sont en conflit, il est décisif que celle des deux qui appelle au dialogue, l'autre fasse tout pour l'envisager. Pour mettre fin à ce conflit très grave, les factions doivent se réunir pour discuter des racines de la crise et trouver un point d'accord. Dieu n'est jamais du côté de ceux qui tuent, qui utilisent la violence ; selon la tradition du Coran, celui qui tue une personne tue le monde, et celui qui apporte la paix dans une situation pacifique l'apporte au monde entier".
Les habitants des régions anglophones, explique le chef religieux, se sentent frustrés car ils sont marginalisés et considérés comme une "population de seconde zone" par le gouvernement central. De plus, depuis six ans maintenant, ils sont pris au milieu d'un conflit acharné avec les milices séparatistes armées d'un côté et l'armée régulière de l'autre. Il existe une inégalité de traitement substantielle qui fait que nous nous sentons tous discriminés, note-t-il, sans avoir une réelle chance de nous exprimer. Certains accords signés au fil des ans n'ont jamais été respectés. Six ans de crise, c'est vraiment long. En tant que chefs religieux, nous sommes très amers : voir autant de personnes mourir est atroce et nous disons "plus de violence". Arrêtez-vous et discutez des racines du problème : combien de personnes doivent encore mourir ou souffrir avant que nous nous asseyions autour de la table ? Nous, chefs religieux, continuerons à travailler ensemble, avec espoir et force, pour la paix et la justice".

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles