ETHIOPIE

  

Les peuples au bord du gouffre :
l'action humanitaire de l'Eglise, un appel à la paix

Addis Abeba (Agence Fides) - " À la fin de l'année 2021, lorsque nous nous sommes rendu compte que le conflit allait continuer, nous avons convenu qu'il serait nécessaire d'accorder plus d'attention et de lancer un programme d'aide. À ce moment-là, l'Église, les Évêques et le clergé se sont mobilisés pour rechercher différentes sources et apporter de l'aide non seulement au Tigré. Nous avons lancé un appel et ainsi commencé une campagne de collecte de fonds qui a impliqué Caritas Internationalis, et d'autres organisations comme Cafod, la même Caritas italienne et d'autres, et nous sommes arrivés au chiffre d'environ 2 millions d'euros. Shiferaw Mamo, Responsable des programmes de Caritas Ethiopie, s'adressant à l'Agence Fides, explique en détail la décision prise par l'Église catholique éthiopienne en décembre dernier, à la fin d'une année marquée par une guerre catastrophique, d'organiser une collecte de fonds pour atteindre les populations épuisées du Tigré mais aussi d'autres régions comme l'Amhara, l'Afar et l'Oromia. Le projet vise à fournir une assistance humanitaire et une réhabilitation aux personnes touchées par l'insécurité alimentaire et les conflits.

"Profitant de la trêve lancée par le gouvernement et recueillie par le Tplf (Front populaire de libération du Tigré) - note le responsable des programmes - nous avons présenté une proposition après avoir recueilli des données auprès des Nations unies et du gouvernement et nous l'avons soumise à Caritas Internationalis. La situation est désespérée, avec des millions de personnes déplacées dans diverses régions et des populations au bord de l'épuisement. La guerre a malheureusement franchi les frontières du Tigré, s'étendant à d'autres régions du pays et forçant de plus en plus de personnes à fuir ou à souffrir d'insécurité alimentaire. Elle a détruit des écoles, des hôpitaux et des infrastructures. C'est pourquoi, face à l'urgence humanitaire dramatique, nous avons décidé de lancer un appel. Le budget qui sera finalement réuni dépassera les deux millions d'euros et touchera environ 200 000 personnes. Nous disposons déjà de 600 000 euros et nous espérons pouvoir commencer l'aide directe dans les prochains jours".

Dans l'intervalle, après des mois d'épreuves, on observe des signes minimaux de détente dans le Tigré et les régions environnantes, ce qui permet aux organismes de secours d'acheminer l'aide de manière plus constante et plus ordonnée.

Shiferaw Mamo ajoute : "Nous avons enregistré quelques progrès au cours des deux dernières semaines, les vols, organisés par les Nations unies vers Makallè, par exemple, sont désormais au nombre de deux par jour, alors qu'ils étaient auparavant de deux par semaine. C'est essentiel pour transporter des médicaments, de l'argent et des produits de première nécessité. Mais cela ne suffit pas, car les denrées alimentaires sont beaucoup plus faciles à transporter par voie terrestre. Au cours des deux dernières semaines, seuls 21 camions sont partis, bien trop peu pour une population épuisée de plusieurs millions de personnes. Il y a des camions qui attendent de partir et nous aimerions les remplir de nourriture, mais nous ne savons pas quand il sera possible d'obtenir une autorisation. Quelque chose bouge et, sous la coordination des Nations unies, des négociations sont en cours pour parvenir à une paix définitive. Je suis certain qu'un processus est en cours dans les coulisses et je veux espérer qu'avec tous les acteurs impliqués, tels que l'Union africaine, l'ancien président nigérian Obasanjo et le Secrétaire Général des Nations unies Guterres lui-même, ainsi que l'Église, nous parviendrons bientôt à une issue positive pour le bien de la population.

Source:  fides.org

Retour à la liste des nouvelles