AFRIQUE CENTRALE

 

Bangui (Agence Fides) - Plus de 20.000 personnes, réfugiés centrafricains vivant à Gado-Badjeri situé à 26 km de Garoua-Boulai, sur la route de Bertoua au Cameroun, ont exprimé au Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, et à Son Excellence Mireck Guckwa, Évêque de Bouarleur le vif désir de rentrer en République centrafricaine et ceci lors d'une réunion tenue le 31 mars. Le Cardinal centrafricain a rendu visite aux réfugiés pour s'informer de leurs conditions de vie et les encourager à rentrer au pays.

"Je suis de l'Ouham-Pendé et je suis prêt à rentrer avec toute ma famille. Mais il n'y a pas de paix, comment allons-nous revenir ? Aujourd'hui, les groupes armés sont toujours actifs dans mon village à Nzakoundou et Nzelete dans la région de Bocaranga, Nous ne serons pas en sécurité", a répondu Benjamin Laoulé, l'un des réfugiés.

Gado-Badjeri, le chef traditionnel de cette localité camerounaise, souligne que le problème de l'insécurité touche également la zone où sont logés les réfugiés. "C'est le problème de la sécurité qui menace beaucoup la population d'ici. Parce que, d'autre part, les rebelles 3R (Retour, Réclamation et Réhabilitation, en centrafricain) qui sévissent de l'autre côté de la frontière, sous la pression de l'armée et des mercenaires russes, s'introduisent ici en armes. Les gens sont tendus et ne peuvent plus aujourd'hui cultiver. Si nous ne cultivons pas cette année, nous aurons bientôt une crise alimentaire et elle sera grave", prévient-il.

Le Cardinal Nzapalainga s'est fait l'écho des inquiétudes et des préoccupations des réfugiés : "Je dis souvent que je suis la voix des sans-voix. Certes, les autorités ne sont pas venues ici, mais je suis venu recueillir vos plaintes, vos souffrances pour les apporter à Bangui. C'est pourquoi je suis ici avec les journalistes pour que les autorités de notre pays vous écoutent. Je vous promets que lorsque je serai à Bangui, les gens seront informés de votre situation", a annoncé le cardinal.

Gado-Badjeri abrite plus de 29 600 réfugiés centrafricains. Selon le représentant du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), le premier rapatriement de ces réfugiés est prévu pour le 11 avril.

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles