EGYPTE


Adieu au Cardinal Antonios Naguib, Patriarche
émérite des coptes catholiques

Le Caire (Agence Fides) - "Il était pour nous tous un bon pasteur. Et pour moi aussi un père. Il m'a ordonné prêtre, et j'ai été le premier à recevoir de lui l'ordination épiscopale, en juin 1978, alors qu'il était évêque depuis quelques mois. C'est ainsi qu'Anba Antonios Aziz Mina, Évêque copte catholique émérite de Guizeh, évoque avec émotion la figure du Cardinal égyptien Antonios Naguib, Patriarche émérite de l'Église copte catholique, décédé dans la nuit du 27 au 28 mars, à l'âge de 87 ans. "Il venait de fêter son anniversaire il y a quelques jours, le 18 mars" confie Anba Antonios Aziz Mina à l'Agence Fides "et ce jour-là, j'ai réussi à l'avoir au téléphone pour la dernière fois, pour lui souhaiter un joyeux anniversaire . Aujourd'hui, bien qu'attristé par sa mort, je remercie le Seigneur pour le don d'avoir cheminé à ses côtés pendant une bonne partie de mon parcours".

Le décès d'Antonios Naguib a eu lieu à l'hôpital italien du Caire, où le Cardinal et Patriarche égyptien avait été admis dans l'unité de soins intensifs en raison de l'aggravation de son état de santé. Les premières informations circulant sur la cause du décès font référence à l'aggravation de l'insuffisance rénale dont le patriarche émérite souffrait depuis un certain temps.

L'histoire personnelle d'Antonios Naguib se mêle au parcours de l'Église catholique copte (une communauté ecclésiale à laquelle appartiennent environ 250 000 baptisés) et des autres communautés chrétiennes - à commencer par l'Église orthodoxe copte, prédominante - au cours des dernières décennies de l'histoire égyptienne, riche en moments de troubles. Né en 1935 à Samalut, dans la province de Minya, il a étudié au séminaire inter-rituel de Maadi, au Caire, puis à Rome, à l'Université Pontificale Urbanienne. Ordonné prêtre en 1960, après avoir obtenu une licence en théologie et en Écriture Sainte, il a contribué avec un groupe de théologiens coptes orthodoxes et protestants à la préparation d'une traduction arabe de la Bible. Il est devenu Évêque copte catholique de Minya en septembre 1977 et a travaillé avec diligence pour promouvoir les activités pastorales et catéchétiques du diocèse. Il a été élu Patriarche d'Alexandrie des coptes catholiques le 30 mars 2006, après que son prédécesseur Stéphanos II Ghattas se soit retiré pour des raisons d'âge et de santé. En tant que Patriarche, Antonios Naguib a reçu la "Ecclesiastica Communio" duPape Benoît XVI le 7 avril 2006. En octobre 2010, le Pontife l'a nommé Rapporteur général de l'Assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du Synode des Évêques. Créé cardinal par Benoît XVI lors du Consistoire du 20 novembre 2010, Antonios Naguib a démissionné de son poste de patriarche en janvier 2013 en raison de problèmes de santé, mais il a participé au Conclave de mars 2013, qui a élu le Pape François.

La clairvoyance pastorale et l'aptitude au discernement spirituel d'Antonios Naguib se sont également manifestées au cours des années troublées qu'ont connues l'Égypte et ses communautés chrétiennes entre 2010 et 2013. Cette période a également été marquée par le début de ce que l'on appelle le "printemps arabe", qui a vu l'éviction du président Hosni Moubarak, puis la saison du gouvernement dirigé par les Frères musulmans. Cette période a été marquée de manière indélébile par le massacre de chrétiens dans l'église copte orthodoxe des Saints à Alexandrie, en Égypte, le 31 décembre 2010. Dans une interview accordée au magazine "30 Jours" en janvier 2011, le Patriarche Naguib a évoqué cet événement tragique, notamment "l'hypothèse, circulant notamment parmi les chrétiens, selon laquelle le ministre de l'Intérieur (du gouvernement encore responsable devant le président Moubarak, ndlr) aurait planifié le massacre d'Alexandrie pour justifier un renforcement des contrôles policiers".

Dans la même interview, le Patriarche Naguib a décrit avec des détails suggestifs les liens spirituels des catholiques coptes avec leurs frères de l'Église orthodoxe copte. "Nous, les catholiques coptes", a notamment noté le Cardinal égyptien, "faisons la distinction entre un héritage spirituel ascétiqu -monastique et un héritage théologique-dogmatique". Alors que pour eux, la théologie coïncide avec l'Écriture Sainte, les Pères de l'Église et la riche tradition spirituelle monastique. Tout reste donc identique au départ ; il n'y a pas cette différenciation que nous voyons dans l'Église catholique au cours des siècles. Et je dois dire que pour nous, catholiques coptes, la proximité de cette réalité de nos frères coptes orthodoxes est une aide, car notre formation " occidentale " comporte un risque d'intellectualisme. Alors qu'avec eux, tout est beaucoup plus simple et plus essentiel. Le point qui nous unit tous est la liturgie. Nous devons dire que la foi en Égypte a été préservée et transmise, non pas en raison de la théologie, de la culture civile ou des grands prédicateurs, mais en raison de l'attachement viscéral à la liturgie qu'éprouvent les chrétiens de chez nous. La liturgie est notre véritable patrie spirituelle". Dans la même interview, le Patriarche Naguib a également exprimé des jugements clairs à l'égard des campagnes et des mobilisations géopolitiques qui prennent pour prétexte les souffrances et les tribulations des communautés chrétiennes : "En tant que chrétiens d'Égypte", soulignait alors le Cardinal égyptien, "nous voyons que tout appel à des pressions diplomatiques, à des initiatives punitives ou à des sanctions économiques contre l'Égypte pour des événements qui concernent les chrétiens égyptiens, est le plus grave préjudice qui puisse être fait aux chrétiens eux-mêmes".

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles