Burkina Faso


Communion et dialogue islamo-chrétien
pour la fête de la fin du Ramadan

Ouagadougou (Agence Fides) - La communion spirituelle et la collaboration entre chrétiens et musulmans sont très importantes pour l'avenir de la société: c'est dans cet esprit quel'Archidiocèse de Ouagadougou a ouvert ses portes aux membres de "la Ligue pour la Paix Islamique Faso” à l'occasion des célébrations de la fin du Ramadan. Comme nous l'apprenons dans une note envoyée à l'Agence Fides, le Cardinal Philippe Nakellentuba Ouédraogo, Archevêque de Ouagadougou, a acceuilli dans le complexe diocésain les fidèles musulmans dans une atmosphère d'amitié et de fraternité suite à la demande de ces derniers.

À la fin de la prière, le Cardinal Ouédraogo a souhaité aux fidèles une bonne fête de la fin du Ramadan, rappelant le " Document sur la Fraternité Humaine pour la Paix dans le Monde et la coéxistence commune” signé par le Pape François et Amed Al Tayeb lors du voyage apostolique du Saint-Père aux Emirats Arabes unis. Le prélat a souligné l'importance de détruire les murs de la haine pour construire des ponts dans la nation marquée par les conflits et la violence: “nous voyons cette initiative comme un chemin vers la paix, comme un véritable pont. Vous êtes venus pour construire un pont qui nous mènera à un nouveau Burkina Faso, un pays réconcilié dans la justice et dans une paix véritable et durablee”, a déclaré le cardinal.

Le président de la Ligue de la paix islamique au Burkina Faso, Ousséni Tapsoba, a commenté l'initiative: “Cette rencontre, la première du genre, reflète une volonté de promouvoir la cohésion, la coexistence, sociale et politique, et la volonté d'établir un dialogue fructueux entre les religions et l'ensemble de la société burkinabé. Le choix de l'endroit où nous avons célébré la fin du jeûne a été dicté par l'engagement du Cardinal Ouédraogo, qui a toujours été engagé dans la recherche de la paix et de la fraternité entre les fils et les filles d'un même pays”.

A l'issue de l'initiative, les deux dirigeants se sont rencontrés personnellement pour une confrontation fraternelle, afin de renforcer le Dialogue interreligieux dans un pays frappé par des attentats terroristes depuis plusieurs années, souvent de nature djihadiste.

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles