Afrique


Repenser l’autonomie financière de l’Église africaine

Les quêtes à l'église sont très convoitées par les voleurs. / Charles Ayetan / UO Africa

REPENSER LA THÉOLOGIE AFRICAINE est la nouvelle rubrique de débat et de formation lancée par La Croix Africa, en collaboration avec Prions en Église Afrique. Elle offre une tribune aux penseurs pour une réflexion fructueuse sur l’avenir de l’Église et de la pensée théologique en Afrique.

Au mois de mai 2021, Mgr Ignace Bessi, président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire et Mgr José Moko, vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) lancent le débat sur l’autonomie financière de l’Église en Afrique et proposent des pistes.

L’autonomie financière de l’Église en Afrique est un thème crucial qui a déjà fait l’objet de plusieurs contributions sur La Croix Africa, notamment avec la lettre du cardinal Luis Antonio Tagle, préfet de la congrégation de l’évangélisation des peuples, datant du 3 décembre 2020 et demandant aux évêques des territoires de mission d’envisager de se priver des subsides qui leur sont dédiés chaque année au profit de ceux, d’entre eux, qui sont les plus nécessiteux.

C’est aussi le tout premier thème abordé par nos penseurs dans la rubrique « Repenser la théologie africaine » : Mgr Ignace Bessi, archevêque de Korhogo, dans le nord de la Côte d’Ivoire et Mgr José Moko, évêque d’Idiofa, dans l’Ouest de la RDC. Respectivement président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (Cecci) et vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), ils sont directement concernés par la question de l’autonomie financière de l’Église en Afrique.

Mgr Bessi, « Église-Communion autonome, au service de tous »

Pour Mgr Bessi, l’Église doit se faire « communion autonome, au service de tous ». Il estime également que « parler de l’autonomie de l’Église en Afrique ne saurait se passer des normes générales qui nous viennent des Écritures, du Magistère et des principes économiques universels ».

Pour le président de l’épiscopat ivoirien, « quand on parle d’autonomie de l’Église en Afrique, la rigueur de la réflexion voudrait que sa triple dimension soit mise en exergue. L’autonomie concerne tous les aspects de la vie de l’Église : l’autonomie culturelle, l’autonomie en personnel, l’autonomie financière ».

Pour atteindre cette autonomie, Mgr Bessi propose trois points : d’abord le changement de mentalitél’organisation du discours sur l’argent et la charité pastorale et la gestion de transparente de l’argent.

Son homologue de RDC, Mgr Moko rappelle aussi que l’Église est « communion » et donc appelée à la solidarité. Il propose quatre pistes pour aboutir à l’autonomie : la mise en communla formation, la conscience écologique et enfin des collaborations justes avec les pays africains.

Mgr Moko: Quatre pistes pour atteindre l’autonimie

Source : africa.la-croix.com
Retour à la liste des nouvelles