EGYPTE


Le patriarche Tawadros à propos du barrage éthiopien controversé :
l'eau est un don de Dieu, et que Dieu éclaire les gouvernants

Le Caire (Agence Fides) - L'eau est "un don de Dieu", que la Divine Providence confie aux êtres humains afin de garantir la vie et la prospérité, mais à la suite de conflits d'intérêts individuels et nationaux, des tentatives ont été faites pour s'emparer de cet important bien.

Il implore donc le Seigneur d'éclairer l'esprit et le cœur des responsables et de les aider à trouver des solutions "qui satisfassent tout le monde". C'est ce qu'a demandé le pape Tawadros II, patriarche de l'Église copte orthodoxe, en faisant référence à l'épuisante controverse qui divise l'Égypte et l'Éthiopie, notamment en ce qui concerne l'utilisation des eaux du Nil. Au centre de la dispute se trouve la construction du grand barrage éthiopien, également connu sous le nom de "Grand Ethiopian Renaissance Dam", la plus grande structure de production d'énergie hydroélectrique de tout le continent africain. Le projet de construction éthiopien est depuis quelque temps à l'origine de la controverse avec l'Égypte et le Soudan, qui craignent que l'approvisionnement en ressources hydriques, essentielles à la vie et à l'économie de leurs populations respectives, ne chute de façon spectaculaire. Le pape Tawadros demande donc de trouver des solutions adéquates par la diplomatie. Dans son sermon lors de la liturgie copte orthodoxe de Pâques du 2 mai, le patriarche a souligné dans un appel à l'Éthiopie l'appartenance commune au même "continent africain", et a invité chacun à s'engager sur les voies de la collaboration et du partage pour atteindre ensemble les objectifs du développement", pour le bien de tous. Nous pouvons tous travailler ensemble, en nous reconnaissant comme "frères du Nil", le fleuve éternel, pour le bien de tous ces peuples qui vivent ensemble sur la terre d'Afrique depuis des milliers d'années. Nous prions pour que Dieu éveille la bonne volonté de chacun afin de rendre fructueuse l'utilisation des instruments diplomatiques et politiques et de pouvoir vivre ensemble dans la paix et la prospérité. La vie - a ajouté le Patriarche - nous enseigne toujours que les luttes ne portent pas de fruits...". Lors de la prière de l'Angélus du 15 août 2020, le pape François a également lancé un appel aux autorités égyptiennes, éthiopiennes et soudanaises : " Je suis avec une attention particulière la situation des difficiles négociations sur la question du Nil entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan. J'invite toutes les parties à poursuivre le chemin du dialogue afin que le "fleuve éternel" reste une ligne de vie qui relie et ne divise pas, qui nourrit toujours l'amitié, la prospérité et la fraternité".

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles