SOUDAN DU SUD


Accueil et réhabilitation d'anciens enfants-soldats

de la part du Diocèse de Tombura-Yambio

Yambio (Agence Fides) – Le recrutement et l'implication d'enfants dans les conflits demeurent le type le plus fréquent de violation à l'encontre des mineurs dans le cadre des conflits au Soudan du Sud. Dans l'Etat d'Equatoria occidentale, près de 100.000 enfants et adolescents ont subi de graves violations dont les enfants-soldats.

Ces jours derniers, la nouvelle selon laquelle le Diocèse de Tombura-Yambio, depuis toujours engagé dans le soutien aux strates les plus faibles de la population, a officiellement confié à la Commission nationale pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion (DDRC) un ancien enfant-soldat. La note parvenue à l'Agence Fides met en évidence que l'opération a eu lieu au travers du Département pour les femmes et le Bureau chargé de la famille en date du 24 février. L'ancien enfant-soldat, qui, pour l'occasion, a rencontré l'Evêque de Tombura-Yambio, S.Exc. Mgr Eduardo Hiiboro Kussala, s'était intentionnellement approché de l'église en tant que lieu le plus sûr pouvant l'accueillir et le protéger de l'expérience délétère qui lui avait été imposée lors de son recrutement forcé.

Hossan Valent, responsable des ressources humaines de la Curie diocésaine, a déclaré avoir accueilli l'adolescent suite à sa réponse à l'appel de l'ONU en faveur des enfants recrutés par les anciens rebelles en lutte contre le gouvernement du Président Salva Kiir entre 2015 et 2018, les exhortant à retourner chez eux.

L'espoir du Diocèse de Tombura-Yambio est que tous les enfants ainsi recrutés retourneront chez eux et qu'aucun d'entre eux ne demeurera dans la forêt pour combattre pour le copte du gouvernement ou des différentes forces d'opposition du pays.

« Il est de notre responsabilité d'éduquer ces jeunes à être des citoyens responsables et de les aider à se libérer de la mentalité violente outre à leur offrir des occasions leur permettant de devenir des personnes pleines de ressources dans la société » a affirmé Ngbanisa David Ariyo, Vice-directeur de l'Organisation catholique pour le Développement et la Paix (CODEP).

La majeure partie de ces jeunes victimes ont été prises par les forces armées et transformées individus violents et sans pitié. « Les forces de défense populaires du Soudan du Sud (SSPDF) doivent travailler dur pour s'assurer que les enfants ne soient plus jamais recrutés » a déclaré Abraham Agit, membre des SSPDF, louant l'action du Diocèse de Tombura-Yambio pour avoir soutenu la DDRC.

« Il est de la responsabilité de la Commission nationale pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion de travailler afin de s'assurer qu'il n'y ait plus jamais d'enfants dans les rangs de forces armées » a déclaré Abel Likambo Ungarani, membre de ladite Commission et Coordinateur ad intérim pour l'Etat d'Equatoria occidentale, ajoutant que les jeunes seront portés au Child Transit Center près le Ministère du Développement social et du bien-être des mineurs. La Commission nationale pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion a désarmé les enfants et les a réintégrés au sein de différentes communautés, les rendant à leurs familles, certains dans les pays voisins tels que la République démocratique du Congo et la République centrafricaine. La majeure partie de ces anciens enfants-soldats avait été enlevée par la Lord Resistance Army (LRA).

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles