Nigeria


Mgr Kaigama : Obéir à Dieu pour sauver le Nigeria du
"destin de Sodome et Gomorrhe"

Mgr Ignatius Kaigama lors du lancement de la campagne de carême 2021 dans l'archidiocèse d'Abuja au Nigeria
Credit: Archidiocèse d'Abuja
 

L'obéissance vraie et "non hypocrite" aux commandements de Dieu est la seule chose qui sauvera le Nigeria de ce qui est arrivé aux villes bibliques de Sodome et Gomorrhe, a déclaré un archevêque de la nation ouest-africaine dans son homélie du dimanche 7 mars.

Mgr Ignatius Kaigama, qui présidait la Sainte Eucharistie à la Pro-Cathédrale Notre-Dame Reine du Nigeria de l'archidiocèse d'Abuja, a réfléchi aux implications pratiques des commandements sur la relation des gens avec Dieu et entre eux. Il a déclaré que la prétention dans la religion ne peut pas sauver le peuple de la colère de Dieu.

"Ce qui peut sauver le Nigeria du sort de Sodome et Gomorrhe, c'est l'obéissance non hypocrite aux commandements de Dieu ; pas le fait de se promener en longues robes, d'ériger des lieux de culte bien visibles dans des endroits stratégiques, ou de crier le plus fort au sujet de Dieu et de la religion", a déclaré Mgr Kaigama.

Il a ajouté : "Il doit y avoir un "assainissement spirituel" des cœurs de tous les Nigérians afin que la justice et la paix puissent jaillir de nos cœurs".

En réfléchissant à la première lecture du troisième dimanche de carême sur les commandements que Moïse a reçus de Dieu au Mont Sinaï, l'archevêque nigérian a observé que c'est la loi qui maintient la société ensemble.

"Sans lois, nous risquons de nous retrouver dans une société chaotique", a déclaré l'archevêque de 62 ans, qui a ajouté : "Nous obéissons aux lois humaines comme le code de la route, les lois de sécurité comme le couvre-feu, mais nous avons parfois le sentiment que les lois divines portent atteinte à notre liberté personnelle".

Il a regretté que de nombreuses personnes souhaitent être libres d'utiliser leur corps comme elles l'entendent, sans adhérer aux commandements de Dieu.

Certains, a-t-il poursuivi, veulent utiliser leur liberté pour priver d'autres personnes de leur liberté. Ils le font de différentes manières, notamment en prenant la vie d'enfants à naître et en tuant au nom de la politique, de la religion et de l'ethnicité, a-t-il dit.

Selon l'Ordinaire local d'Abuja, les maux qui continuent à affliger la nation la plus peuplée d'Afrique ne se produiraient pas si les Nigérians obéissaient aux lois de leurs religions respectives.

"Si nous observions sincèrement les lois de nos deux principales religions au Nigeria, l'islam et le christianisme, sur le fait de ne pas voler, la corruption aura disparu depuis longtemps et la pauvreté ne sera plus un problème car nos ressources humaines et naturelles seront utilisées de manière appropriée", a-t-il déclaré.

L'archevêque a expliqué : "Si nous prêtons attention à l'injonction de ne pas tuer, les bandits, les kidnappeurs et les extrémistes religieux ne violeront pas la dignité humaine innée des gens tout en invoquant le nom de Dieu. Nous n'aurions pas eu les enlèvements d'écoliers innocents par les Chibok, les Kagara et les Jangede. De même, les tensions inutiles entre musulmans et chrétiens, Ibos, Tiv, Yoruba, les tribus du sud Kaduna et autres, et les Peuls qui pratiquent les "religions abrahamiques" ne se produiront pas. ”

Mgr Kaigama a mis en lumière les principaux enlèvements dans le pays, y compris ceux qui visaient des jeunes filles chrétiennes, en disant que ces enlèvements n'auraient pas eu lieu si tout le monde avait adhéré aux commandements de Dieu.

Dans son homélie du dimanche, l'archevêque d'Abuja a condamné les dirigeants du pays qui, selon lui, utilisent la religion pour s'engager à servir le peuple mais finissent par ne pas tenir leurs promesses.

"Lorsque les fonctionnaires prêtent serment, la main sur la Bible ou le Coran, ils promettent de servir avec désintéressement, mais beaucoup d'entre eux commettent rapidement des actes très antipatriotiques et volent les pauvres, polarisent et divisent notre peuple en fonction d'intérêts religieux, ethniques ou économiques", a-t-il déclaré.

Faisant référence à la lecture de l'Evangile du dimanche dans lequel Jésus nettoie le temple et met en garde contre la transformation du lieu de culte en lieu de commerce, Mgr Kaigama a déclaré que l'incident rapporté dans l'Evangile selon Jean indique les dispositions corrompues de l'esprit, du corps et de la conscience des adorateurs. 

La même chose, a fait remarquer l'archevêque nigérian, peut être observée dans la façon dont la religion a été "commercialisée".

"Aujourd'hui, certaines personnes commercialisent ou politisent la religion et se soucient peu de former leurs adhérents à avoir un cœur pur et une conscience propre", a déclaré Mgr Kaigama.

Il a ajouté, en référence à la lecture de l'Évangile du dimanche, que "la purification dramatique par Jésus est destinée à nous enseigner le vrai culte et la sainteté ; à nous rappeler que nous sommes des temples vivants du Saint-Esprit et que nous devons purifier nos cœurs de ces vices qui nous dressent contre Dieu, nos voisins et nous-mêmes".

Il a ajouté que ce que Jésus voulait, et veut encore aujourd'hui, c'est que l'église reste "une maison de prière pour tous les peuples et que nous adorions Dieu en esprit et en vérité".

Jésus veut le genre de culte marqué par l'intégrité, la justice, la compassion et le service sacrificiel des autres, a déclaré l'archevêque le 7 mars, ajoutant qu'un lieu de culte n'est pas un centre d'affaires ou un endroit où l'on complote le mal contre ceux qui sont d'une autre affiliation religieuse.

Un lieu de prière, a-t-il répété, doit être une véritable demeure pour Dieu.

Il a déclaré que la "juste colère" de Jésus, qui a fouetté et chassé du temple les changeurs de monnaie et les commerçants, appelle le peuple de Dieu à renoncer au laxisme spirituel, à l'injustice sociale et aux extorsions de citoyens sans défense.

"Nous faisons preuve d'une grande piété dans nos lieux de culte, mais dans la vie quotidienne, nous encourageons la corruption, l'injustice sociale et permettons les effusions de sang, la violence et d'autres atrocités", a déclaré Mgr Kaigama. 

Entre-temps, l'archevêque nigérian a invité ses compatriotes à se joindre spirituellement au pape François, qu'il qualifie de pèlerin de la paix, lors de sa visite en Irak qui vient de s'achever.

Mgr Kaigama a réitéré le discours du Saint-Père au Président irakien Barham Salih, parlant de "la fin des actes de violence et d'extrémisme, des factions et de l'intolérance", en disant que ce message est adapté à l'état actuel du Nigeria.

"On dirait que le Saint-Père s'adressait aussi aux Nigérians", a déclaré l'archevêque, qui a ajouté dans son invitation au peuple de Dieu du pays à voyager avec le Saint-Père : "Une parole suffit aux sages".

 

ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles