MOZAMBIQUE


Mgr Lisboa : "L'Afrique sera toujours une partie de moi"

L'ancien évêque du diocèse de Pemba au Mozambique, Luiz Fernando Lisboa
Credit: Aide à l'Église en détresse (AED) International
 

L'archevêque élu Mgr Luiz Fernando Lisboa, qui a récemment été transféré du diocèse de Pemba au Mozambique au diocèse de Cachoeiro do Itapemirim au Brésil, a déclaré dans une interview qu'il avait toujours voulu servir en Afrique, qui fait maintenant partie de lui.

"L'Afrique sera toujours une partie de moi", a déclaré l'archevêque élu Lisboa dans une interview accordée à l'Aide à l'Église en détresse (AED) internationale.

Dans le rapport d'interview du jeudi 25 février obtenu par ACI Afrique, l'archevêque élu ajoute : "Mon séjour dans le diocèse de Pemba a été pour moi un grand apprentissage. J'avais toujours voulu travailler en Afrique en tant que missionnaire, et Dieu m'a accordé cette grâce. Et à la fin, j'y ai passé près de 20 ans".

Le pape François a transféré le membre d'origine brésilienne de la Congrégation de la Passion de Jésus-Christ (Passionistes) du diocèse de Pemba à Cachoeiro do Itapemirim au début de ce mois. 

Lors du transfert du 11 février, le pape François a annoncé l'élévation du prélat de 65 ans au rang d'"archevêque ad personam", un rang que le Saint-Père confère à certains évêques qui ne sont pas des Ordinaires des lieux d'archidiocèses. Le titre d'archevêque leur est conféré individuellement plutôt qu'au diocèse qu'ils gouvernent.

Dans le rapport d'interview du 25 février, l'archevêque élu qui était à la tête du diocèse de Pemba depuis son ordination épiscopale en août 2013 rappelle son ministère parmi le peuple de Dieu au Mozambique en disant : "Je suis sûr que j'ai reçu beaucoup plus que ce que j'ai donné".

Au Mozambique, l'archevêque élu Lisboa est devenu l'exemple même des efforts déployés pour lutter contre l'insurrection qui a secoué la province de Cabo Delgado, qui est tombée sous sa responsabilité pastorale. Il a dénoncé à plusieurs reprises les violences qui ont lieu dans sa juridiction ecclésiastique et a appelé la communauté internationale à intervenir.

Il a tenu à promouvoir les intérêts du peuple de Dieu à Cabo Delgado, la province la plus septentrionale de la nation sud-africaine qui connaît une instabilité croissante depuis octobre 2017, lorsqu'un groupe armé islamiste connu localement sous le nom d'Al-Sunna wa Jama'a (ASWJ) a attaqué un poste de police dans le district de Mocimboa da Praia.

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), on estime que 670 000 personnes ont été déplacées de leurs foyers en raison de la crise et qu'au total, 1,3 million de personnes ont un besoin urgent d'aide humanitaire et de protection dans la province du Mozambique.

"Ce fut une expérience extrêmement brûlante, une expérience de la croix, une expérience de la souffrance", déclare l'archevêque élu dans le rapport d'interview du 25 février, en faisant référence à la violence qui a secoué sa juridiction.

Il ajoute : "Cette guerre m'a permis de tirer de nombreuses leçons. La plus importante d'entre elles est la grandeur de ces gens, qui sont pauvres, mais qui ont un sens profond de la solidarité".

"J'ai été témoin de beaucoup de choses, j'ai entendu beaucoup d'histoires personnelles et j'ai vu beaucoup de situations différentes et j'ai réalisé à quel point, même dans la pauvreté, nous pouvons aider, nous pouvons partager", dit-il encore.

Il souligne certaines des manifestations de solidarité entre les pauvres en disant : "Chaque famille qui n'a pas été forcée de fuir a accueilli une ou deux, voire trois familles de réfugiés dans sa maison, sur le porche arrière, et a partagé le peu qu'elle avait avec ceux qui n'avaient rien du tout et qui étaient errants, désespérés et sans direction".

"Alors maintenant, je crois que cette expérience du peuple de Cabo Delgado restera avec moi pour toujours", réitère l'archevêque élu Lisboa dans l'interview avec la pastorale catholique, qui envisage un monde dans lequel le christianisme peut prospérer partout.

En ce qui concerne son transfert du Mozambique au Brésil, l'archevêque élu déclare en référence au pape François : "J'accepte et je le remercie pour tout le soutien qu'il nous a apporté, pour tout l'engagement dont il a fait preuve et toute la préoccupation qu'il a ressentie et continue de ressentir pour Cabo Delgado, car en plus de prier pour eux, il souhaite continuer à aider ces personnes".

Le prélat passionniste poursuit : "La mission est de Dieu, elle n'est pas la nôtre. Nous sommes simplement les instruments de Dieu. Au sein de l'Église, l'une des caractéristiques du missionnaire, et surtout du religieux - car je suis moi-même religieux - est l'itinérance".

"Nous ne sommes jamais fixés en un seul endroit, mais nous sommes transférés partout où l'Église a besoin de nous, là où Dieu nous envoie, c'est pourquoi nous devons toujours être prêts à démonter notre tente et à la remonter ailleurs", explique-t-il. 

En prévision de son installation en tant qu'Ordinaire local du diocèse de Cachoeiro de Itapemirim au Brésil, prévue pour le 20 mars, l'archevêque élu se dit prêt à "repartir de zéro".

"Lorsque nous changeons de lieu, de logement, nous devons recommencer à apprendre, à recommencer à zéro ; nous devons respecter les gens, la culture, les langues, le mode de vie - et toutes ces choses nous enrichissent", dit-il dans le reportage d'AED.

 

ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles