Afrique


A la veille du sommet UA/UE, les leaders religieux africains
dénoncent les promesses non tenues et précisent les lacunes

Logo des signataires de la déclaration sur le partenariat UA-UE
Credit: Réseau Foi et Justice Afrique-Europe (AEFJN)

 

 

En prévision du sommet de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne (UE), les représentants de diverses organisations confessionnelles et de la société civile en Afrique ont, dans une déclaration commune, déploré la perte de contact avec l'ordre du jour des réunions précédentes.

Le sixième sommet UA-UE qui devait se tenir à Bruxelles les 28 et 29 octobre 2020 a été reporté à 2021 en raison des restrictions imposées par la COVID-19. 

Dans la déclaration collective du jeudi 18 février, les dirigeants des organisations confessionnelles et des OSC d'Afrique précisent les lacunes dans la mise en œuvre des résolutions précédentes et proposent des recommandations qui favorisent les partenariats UA/UE favorisant le développement stratégique de l'Afrique. 

"La stratégie 2020 de l'UE avec l'Afrique semble avoir perdu tout contact avec cet agenda (TFRA), n'abordant pas l'agriculture et les systèmes alimentaires mais se concentrant plutôt sur la création d'un environnement favorable aux intérêts des entreprises du secteur privé à grande échelle", affirment les représentants des organisations confessionnelles et des OSC en Afrique.

Le Symposium des Conférences épiscopales d'Afrique et de Madagascar (SCEAM), l'Association des Conférences épiscopales membres d'Afrique de l'Est (AMECEA), les Conférences épiscopales régionales d'Afrique de l'Ouest (RECOWA), Caritas Afrique et le Conseil des Églises de Zambie, entre autres, offrent des recommandations pour le développement stratégique de l'Afrique aux décideurs politiques de l'UA/UE. 

Les dirigeants se rappellent avoir participé à la consultation autour de la création de la Task Force Afrique rurale (TFRA) dont les membres fournissent des recommandations sur la manière de renforcer la coopération entre l'UE et l'Afrique dans les secteurs de l'alimentation et de l'agriculture.

Ils affirment que la stratégie de l'UE à l'égard de l'Afrique est "largement silencieuse sur les besoins de plus de 60 % des ménages africains qui dépendent de l'agriculture familiale et de la production alimentaire à petite échelle pour leur subsistance".

La stratégie de l'UE avec l'Afrique est un document qui vise à renforcer la coopération entre le peuple de Dieu sur les deux continents grâce à des partenariats dans les domaines de la paix et de la gouvernance, de la migration et de la mobilité, de la transition verte, de la transformation numérique, de la croissance durable et de l'emploi.

Dans la déclaration du 18 février, les représentants de la société civile et des organisations religieuses africaines ajoutent que les espaces politiques en Afrique sont "encombrés par des acteurs extérieurs" alors que l'Afrique rurale est dominée par les agriculteurs, les pasteurs, les communautés forestières et les pêcheurs artisanaux. 

La plupart des nations africaines ont été "incitées" par des initiatives extérieures à "subventionner un modèle de développement agricole basé sur les intrants externes, orienté vers l'exportation et la monoculture de produits de base, et à compter fortement sur le transfert de terres pour l'exploitation du bois, du pétrole, du gaz et des minéraux pour générer des devises, souvent sans ou malgré une évaluation de l'impact environnemental", expliquent-ils.

"Les forêts tropicales africaines, deuxième poumon de la terre, abandonnent leurs richesses alors que le prix du carbone forestier est négocié dans les salles de conseil de la Banque mondiale et du FMI", déplorent les représentants, ajoutant que la dépossession qui concerne principalement les "terres communales appartenant aux paysans" met les systèmes alimentaires africains en plein effondrement. 

Pour aller de l'avant, les dirigeants des entités africaines plaident pour la promotion de "l'accès à la terre pour les jeunes afin de réduire les vagues de migration et le fossé du chômage dans les pays africains".

Ils invitent les décideurs politiques de l'UA/UE à s'assurer qu'il y a de la place pour les acteurs de la société civile "à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des espaces de prise de décision".

Dans leur déclaration collective du 18 février, les représentants des organisations confessionnelles et des OSC en Afrique mettent en garde contre la marchandisation des ressources naturelles de l'Afrique, achetées et vendues par les sociétés multinationales et les élites locales.

Il est nécessaire de "repenser d'urgence l'approche du développement agricole en Afrique, de renverser l'attachement aux systèmes agricoles industriels et de se recentrer sur un modèle holistique, durable et culturellement approprié", disent-ils encore.

Les dirigeants exhortent également les décideurs de l'UA/UE à "adopter un traité juridiquement contraignant de l'ONU pour garantir que les sociétés transnationales soient pleinement responsables de leurs violations des droits de l'homme et de leurs crimes environnementaux".

Des efforts devraient être faits pour s'assurer qu'en Afrique, "la terre reste entre les mains de ses utilisateurs légitimes et sa gestion respecte la nature et reflète les besoins et les aspirations des communautés qui vivent de la terre", disent-ils.

La déclaration du 18 février des organisations confessionnelles et des OSC en Afrique est également soutenue par la Coopération internationale pour le développement et la solidarité (CIDSE), Act Alliance EU et le Réseau Foi et Justice Afrique-Europe (AEFJN).


ACI Africa a été officiellement inaugurée le 17 août 2019 en tant qu'agence de presse catholique continentale au service de l'Église en Afrique. Ayant son siège à Nairobi, la capitale du Kenya, cet apostolat médiatique s’efforcera de faciliter la narration de l’histoire de l’Afrique en assurant une couverture médiatique des événements catholiques sur le continent africain, en donnant une visibilité aux activités de l’Église en Afrique, où les statistiques montrent une croissance significative continent devenant peu à peu l’axe du catholicisme. Cela devrait contribuer à la prise de conscience et à l'appréciation du rôle important de l'Église en Afrique et, au fil du temps, à la réalisation d'une image réaliste de l'Afrique qui reçoit souvent un encadrement négatif des médias.

P. Don Bosco Onyalla
Rédacteur en chef, ACI Afrique
donyalla@aciafrica.org

Retour à la liste des nouvelles