AFRIQUE

Avant la dénonciation, priorité à l’annonce du Christ

Kara (Agence Fides) – « Aujourd’hui, malheureusement, l’un des grands dangers qui guettent constamment notre activité missionnaire sur ce continent africain est de transformer l’annonce de l’évangile en satire sociale ou en pure et simple dénonciation du mal » indique à l’Agence Fides le Père Donald Zagore, théologien ivoirien de la Société pour les Missions africaines, à propos des tensions sociales présentes sur le continent. Il existe la tendance à « nous enfermer continuellement dans des dynamiques qui consistent principalement à dénoncer l’injustice, l’erreur, à s’acharner contre le péché sans jamais véritablement et en premier lieu, annoncer, proclamer, crier et chanter Jésus Christ et la vérité, la joie et l’espérance que porte son Evangile » relève-t-il.

« Sur le champ de la mission, une trop grande attention est accordée à l’ivraie, en faisant passer en second plan, le bon grain, le vrai, Jésus Christ. L’Evangile de Jésus-Christ n’est pas une satire sociale. C’est d’abord et avant tout un langage d’amour. Un appel à l’amour. En effet, pour paraphraser le théologien musulman Ahmed Abbadi, nous pouvons aussi dire que l’évangile de Jésus Christ, c’est 96% d’amour et 4% de règles ».

« Une prise de conscience de ce drame est fondamentale pour un renouveau de l’activité missionnaire afin de la rendre plus productive. En effet, avant même de commencer à fustiger les fautes, de dénoncer les erreurs, il faut tout d’abord annoncer et proclamer Jésus-Christ et son évangile d’amour. Le mandat évangélique du Christ est clair. Il nous envoie comme dit l’Evangéliste Saint Marc, par tout le monde entier, pour prêcher la bonne nouvelle du salut à toute la création et non pour s’ériger en juge. Ne soyons pas principalement des missionnaires de la dénonciation, mais demeurons fondamentalement des missionnaires de l’annonce. Passer d’une mission centrée sur la dénonciation à une mission essentiellement et substantiellement centrée sur l’annonce est fondamental pour un renouveau de la mission en Afrique. On le ne le dira jamais assez, nous sommes baptisés et envoyés pour annoncer » conclut le Père Zagore.

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles