EGYPTE

Nouveaux progrès dans la régularisation des églises en Egypte

Le Caire (Agence Fides) - En Egypte, le processus de légalisation des lieux de culte chrétiens construits par le passé sans les permis requis procède à grands pas. Au cours de ces derniers jours, le Comité gouvernemental chargé de soumettre les églises aux contrôles prévus a confirmé avoir vérifié la conformité de 62 autres églises coptes aux critères nécessaires à leur légalisation. Le Premier Ministre en personne, Mostafa Kamal Madbouly, a présidé le 23 septembre la réunion avec un certain nombre de ministres de son gouvernement au cours de laquelle ont été ratifiés les résultats du travail effectué par le Comité chargé de vérifier la possible légalisation des églises.

A ce jour, les églises et édifices annexes contrôlés et régularisés par le Comité ad hoc sont au nombre de 1.171. La précédente réunion du Comité s'est déroulée le 5 août dernier (voir Fides 06/08/2019). La cadence o combien rapprochée de ces réunions confirme la détermination avec laquelle les autorités égyptiennes mènent le projet de régularisation des églises construites par le passé sans les permis requis.

Le processus de vérification et de régularisation a débuté à compter de l'approbation de la nouvelle loi sur la construction et la gestion des lieux de culte, adoptée par le Parlement égyptien le 30 août 2016.

Les églises soumises au contrôle du Comité gouvernemental constitué ad hoc sont surtout celles construites avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la construction des édifices de culte chrétiens. Le Comité est chargé de vérifier si des milliers d'églises et autres lieux de prière chrétiens construits par le passé sans les autorisations requises répondent aux standards établis par la nouvelle loi. La vérification se traduit généralement par la régularisation du statut des édifices.

Au cours des décennies passées, de nombreuses églises et chapelles avaient été construites spontanément en l'absence de l'ensemble des autorisations nécessaires. Aujourd'hui encore, de tels édifices construits par les communautés chrétiennes locales sans permis continuent de temps à autre à être utilisés comme prétextes par des groupes islamistes pour fomenter des violences sectaires à l'encontre des chrétiens.

La loi sur les lieux de culte d'août 2016 a représenté pour les communautés chrétiennes égyptiennes un progrès objectif par rapport aux 10 règles introduites en 1934 en sus de la législation ottomane par le Ministère de l'Intérieur, lesquels interdisaient notamment de construire de nouvelles églises dans les environs des écoles, des canaux, des édifices gouvernementaux, des voix ferrées et des zones résidentielles. Dans de nombreux cas, l'application stricte de ces règles avait empêché de construire des églises dans des villes et des villages habités par les chrétiens surtout dans les zones rurales de la Haute Egypte.

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles