Journée mondiale - 3

“L’esclavage n’est pas quelque chose d’une autre époque. C’est une pratique qui a des racines lointaines et qui se manifeste encore aujourd’hui sous de nombreuses formes : le trafic d’êtres humains, l’exploitation du travail à travers les dettes, l’exploitation de mineurs, l’exploitation sexuelle et l’exploitation à travers les travaux domestiques forcés sont quelques-unes de ces nombreuses formes. Face à cette réalité tragique, personne ne peut se laver les mains sans être, d’une certaine manière, complice de ce crime contre l’humanité.

Un premier engagement qui s’impose est de mettre en œuvre une stratégie qui permette une connaissance approfondie du thème, en déchirant ce voile d’indifférence qui semble peser sur le destin de cette portion de l’humanité qui souffre, qui est en train de souffrir.

Un second engagement consiste à agir en faveur de ceux qui sont transformés en esclaves. Nous, chrétiens, tous ensemble, sommes appelés à développer chaque fois davantage une plus grande collaboration, pour que soient dépassées toutes les formes d’inégalité, toutes les formes de discrimination.”

Pape François

L’Église célèbre la Journée mondiale des migrants et des réfugiés depuis 1914. C’est toujours l’occasion pour elle d’exprimer sa préoccupation pour les personnes les plus vulnérables, qui doivent se déplacer pour une raison ou une autre ; c’est aussi l’occasion de prier pour les défis de la migration et de faire prendre conscience des opportunités qu’elle offre.

Pour 2019, le Pape François a choisi le thème « Il ne s’agit pas seulement de migrants » pour aider à enlever nos œillères et à faire en sorte que personne ne soit exclu de la société, qu’il s’agisse de résidents de longue durée ou de nouveaux venus.

Téléchargez le kit complet d’animation pastorale.

Site officiel

Source : mafrome.org

Retour à la liste des nouvelles