NIGER

NIGER - Prière interreligieuse à Niamey pour le missionnaire italien enlevé en septembre dernier

Niamey (Agence Fides) – « Après neuf mois d’absence du Père Pierluigi Maccalli, il s’est agi du premier moment de prière commun avec les chefs musulmans de la capitale ». C’est ce qu’indique à l’Agence Fides le Père Mauro Armanino, de la Société des Missions africaines (SMA). Le missionnaire, confrère du Père Maccalli, a en effet organisé une rencontre de prière à Niamey à l’occasion de la fin du neuvième mois après l’enlèvement du religieux italien, retenu en otage depuis le 18 septembre 2018.

« A la rencontre de prière que nous avons vécu à Niamey en la Chapelle Sainte Monique de la Francophonie, hier, 17 juin – indique le missionnaire – ont participé l’Evêque de Niamey, un pasteur et les autres membres du Comité du dialogue intra et interreligieux. Il a été possible, pendant une heure, d’imaginer que la paix, la coexistence des différences, comme la qualifiait le Père Maccalli, pouvait faire son chemin au travers des blessures de tous. Musulmans et chrétiens sont liés par la douleur des familles suite aux trop nombreux fidèles tués ou disparus, par la destruction des lieux de culte et la profanation de l’aventure humaine que la vie place sous les mêmes fragiles espérances. Pendant une heure, il a été possible de croire et de faire l’expérience du fait que les routes qui portent à la paix peuvent, en l’absence d’un visage présent, se rencontrer ».

Le Père Armanino remarque : « Il existe des absences lourdes, créatives, fécondes, des absences qui, comme les blessures, permettent de semer dans leurs sillons un avenir différent. Voici à peine deux jours, des églises de la capitale économique du pays, Maradi, ont été attaquées (voir Fides 17/06/2019). Nous sommes cependant certains que ni la violence ni la haine de l’autre ne constituent le dernier mot. Nous continuons à prier et à espérer pour le Père Maccalli ».

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles