Burkina Faso

Au Burkina Faso, un musée diocésain verra le jour à Ouagadougou

Le 28 février, Mgr Léopold Ouédraogo, évêque auxiliaire du diocèse de Ouagadougou avait annoncé l’ouverture, à la cathédrale de l’Immaculée Conception, d’un musée diocésain pour valoriser le patrimoine historique de l’Église catholique du pays.

Le coordonnateur de ce projet, le père Modeste Tapsoba revient sur ce projet.

L’Église diocésaine de Ouagadou, au Burkina Faso, veut redécouvrir et se réapproprier son passé. Pour ce faire, elle va, sous l’impulsion du cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, ouvrir un musée. Celui-ci s’inscrit dans un vaste programme de la célébration, en 2025, des 125 ans de l’Église dans le pays.

Selon le père Modeste Tapsoba, coordinateur du comité de réflexion, le projet a trois volets. Il s’agira, d’abord, de réorganiser les archives de l’Église à travers une recherche complète de documents. Dans cette optique, les archives seront dématérialisées puis gérées par un système informatique. Ce fonds documentaire servira à l’établissement d’une bibliothèque.

Le deuxième volet est celui du musée qui sera constitué d’objets de souvenir, de vestiges laissés par les pionniers de l’Église au Burkina Faso. À cela, s’ajouteront des illustrations sur la rencontre entre le catholicisme et les cultures locales. Il sera ainsi proposé au public de découvrir l’histoire de l’Église catholique du Burkina Faso et la manière dont l’Évangile y a été introduit.

Le troisième volet, enfin, concerne le cardinal Paul Zoungrana, deuxième archevêque de Ouagadougou à qui l’Église du Burkina Faso veut rendre hommage en valorisant son témoignage de foi, lui qui a été archevêque pendant 35 ans.

Le local du musée
Le musée sera ouvert dans l’enceinte de la cathédrale de Ouagadougou, plus précisément dans l’ancien palais épiscopal de Mgr Joanny Thévénoud, premier évêque de Ouagadougou. L’édifice a été construit en 1947, Mgr Thévénoud n’y a vécu que deux ans avant son décès. Le bâtiment est donc un vestige du passé et de ce fait, revêt une valeur historique. En outre, l’architecture et les couleurs caractéristiques de l’édifice en font un monument muséal.

Le coordinateur du comité de réflexion de ce musée explique que les pionniers de l’Église au Burkina Faso ont laissé près de 300 cantines d’objets et de documents. Après un dépouillement, tous les objets qu’elles contiennent seront rangés et exposés dans plusieurs galeries. On compte entre autres des objets de culte, des œuvres artistiques, des photographies et des réalisations socio-économiques. L’ouverture du musée est prévue en décembre 2019.

Le presbyterium est enthousiaste. Le père Vincent Ilboudo, curé de la cathédrale se réjouit : « La réalisation du projet du musée permettra à l’archidiocèse de Ouagadougou d’avoir une vitrine qui expose des témoins de l’histoire de son évangélisation. » C’est aussi le cas du père Isidore Zongo, professeur au petit séminaire de Pabré qui s’enthousiasme : « Le musée sera source d’information et de formation sur les richesses du passé, surtout pour les jeunes. »

Hortense Atifufu (à Ouagadougou)

Source : africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles