RD CONGO


Au moins 50 morts dans le cadre de
l'effondrement d'une mine d'or au Kivu

Kinshasa (Agence Fides) – Certains se demandent pourquoi une personne devrait travailler pour 3 €uros de l'heure ou ramasser des tomates pour 1 €uro la cagette ou encore faire le livreur pour 2 €uros par heure de disponibilité à la livraison ou, comme les jeunes de Kamituga, au Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, creuser des mines artisanales à mains nues pour trouver un peu de poudre d'or. La réponse est qu'ils n'ont pas d'autres possibilités et que parmi ces possibilités se trouve la probabilité – élevée – de mourir. C'est ce qui s'est passé vendredi dernier, 11 septembre lorsque au moins 50 jeunes ont été surpris dans les tunnels alors que le fleuve Elila est sorti de son lit à cause des fortes pluies. Le Gouverneur de la province a exprimé ses regrets suite à « la mort tragique de cinquante personnes, en majorité des jeunes » ajoutant qu'étaient en cours des recherches visant à identifier les victimes.

« Nous ne connaissons pas le nombre exact des morts » a déclaré le Maire, Alexandre Bundya, qui a proclamé deux jours de deuil général et exhorté la population à se rendre sur le lieu de la tragédie pour aider dans la recherche « et l'extraction des corps des tunnels ».

Selon des témoignages, il n'y aurait qu'un seul survivant. Le débordement du fleuve a rempli les tunnels de la mine, créant une pression qui a empêché les creuseurs de sortir.

Pour le pasteur Nicolas Kyalangalilwa, « les autorités doivent prendre leurs responsabilités au lieu de penser à la manière dont taxer les mineurs ».

Les commerçants locaux revendent le produit du travail des mineurs artisanaux, mal payés, à des trafiquants transfrontaliers qui, à leur tour, exportent illégalement cette production principalement à Bujumbura, au Burundi, ou à Kampala, en Ouganda, où l'or est revendu à des prix élevés aux monarchies du Golfe et à des clients européens.
Selon un rapport de l'ONU, Dubai demeure la destination finale de l'or extrait par les mineurs pratiquant l'extraction artisanale en République démocratique du Congo.

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles