Dialogue


L’archevêque d’Addis-Abeba invite l’Éthiopie,

le Soudan et l’Égypte au dialogue

Cardinal Berhaneyesus Souraphiel (Photo by UPDATE IMAGES PRESS/MAXPPP)

La construction, par l’Éthiopie, de la Great Renaissance Dam of Ethiopia (Gerd), un gigantesque barrage hydroélectrique, suscite des tensions entre les pays du Bassin du Nil. En effet, le Soudan et l’Égypte ont exprimé leur désaccord et les négociations pour un consensus sur le rythme de remplissage de ce barrage sont au point mort. 

À l’occasion du nouvel an éthiopien, le cardinal Berhaneyesus Souraphiel, archevêque d’Addis-Abeba et président de la Conférence épiscopale d’Éthiopie (Cbce) s’est exprimé sur ce sujet, vendredi 11 septembre.

Face aux tensions entre l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte au sujet de la construction de la Great Renaissance Dam of Ethiopia (Gerd), le cardinal Berhaneyesus Souraphiel, archevêque d’Addis-Abeba appelle au dialogue. Il a profité du Nouvel an éthiopien, fêté le 11 septembre pour lancer un appel à ces trois pays. « En particulier, je voudrais transmettre mes meilleurs vœux pour la nouvelle année au Soudan et à l’Égypte », a-t-il déclaré avant d’ajouter plus loin : « L’eau est la vie et en tant que telle, il est juste que les trois pays en question, l’Éthiopie, le Soudan et L’Égypte lui accordent une grande valeur. »

Gerd

Après sa construction, le Gerd sera la plus grande installation hydroélectrique en Afrique. Ce projet de l’Éthiopie sur le Nil Bleu (qui est avec le Nil blanc, l’un des confluents du Nil) est depuis 2011, source de tensions entre le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie.

Si l’Éthiopie considère ce grand barrage comme une nécessité pour son développement économique, l’Égypte, dont l’approvisionnement en eau potable dépend à 90 % du Nil, le considère comme une menace. Des traités conclus en 1929 et en 1959 donnent à l’Égypte une prééminence dans le bassin du Nil. Mais l’Éthiopie qui remet en cause ces traités s’appuie sur un accord conclu en 2010 sans l’Égypte et le Soudan et qui autorise les barrages et projets d’irrigation.

Rappel du message du pape

L’archevêque d’Addis-Abeba, a par ailleurs, rappelé à ces trois pays, le message lancé par le pape François le 15 août. « J’invite toutes les parties à continuer sur le chemin du dialogue afin que le fleuve éternel continue à constituer une lymphe vitale qui unit et ne divise pas, qui nourrit toujours l’amitié, la prospérité, la fraternité et jamais l’inimitié, l’incompréhension ou le conflit, avait déclaré le pape. Chers frères d’Égypte, d’Éthiopie et du Soudan, que le dialogue soit votre unique choix pour le bien de vos chères populations et du monde entier ».

Lucie Sarr

Source : africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles