Africa

L’Église d’Afrique face au Covid-19:joies, peines, espérance

Le Covid-19 continue sa progression dans le monde avec plus d’un million de personnes contaminées. En Afrique, plus de 8 000 cas ont été confirmés par les autorités sanitaires dont près de 400 décès.

Quatre semaines après les premiers cas de contamination dans le continent, la Croix Africa fait un tour d’horizon des informations dans l’Église du continent.

Dimanche 5 avril était le dimanche des Rameaux, jour de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem. Cette célébration d’ordinaire grandiose et qui entraîne des milliers de catholiques à travers les rues des villes et villages en Afrique, des palmes à la main, a été très sobre cette année. En cause, la pandémie du coronavirus qui, pour la quatrième semaine consécutive prive la plupart des catholiques africains de présence effective à la messe.

Dimanche des rameaux
– En Côte d’Ivoire: la messe des rameaux célébrée par le père Augustin Obrou, chargé de communication du diocèse d’Abidjan a été retransmise en direct à la télévision pour permettre aux chrétiens de bien vivre cette entrée dans la semaine sainte, dernière semaine du temps de Carême. En outre, certains prêtres ont diffusé leurs messes privées sur les réseaux sociaux en communion en les internautes.
La Côte d’Ivoire compte 261 cas de coronavirus dont 3 décès.

– Au Nigeria:
Le Nigeria compte près 200 cas de coronavirus au 5 avril. Muhammadu Buhari, avait ordonné, dimanche 29 mars, un confinement total des populations d’Abuja, la capitale fédérale et Lagos, la capitale économique. Une mesure qui avait poussé l’Église catholique à suspendre les messes publiques.
Dimanche 5 avril, Mgr Ignatius Kaigama, archevêque d’Abuja a célébré une messe à la cathédrale Notre-Dame-du-Nigéria, région de Garki. Cette célébration en petit groupe a été retransmise par de nombreuses chaînes de télévision pour permettre aux catholiques d’être en communion spirituelle avec leur évêque (CTV, AIT, Channels TV et Plus TV).

Dans les paroisses, les rameaux ont été symboliquement bénis par les prêtres et conservés pour servir, l’année prochaine, aux cendres imposées aux catholiques au début du Carême.

Togo, la journée diocésaine des jeunes
Au Togo, l’archevêque de Lomé, Mgr Nicodème Barrigah a célébré la messe du dimanche des Rameaux cathédrale Sacré-Cœur de Jésus de Lomé, une messe reprise sur les ondes de Radio Maria Togo et sur la page Facebook de cette radio. À cette occasion, Mgr Barriagh a spécialement prié pour les personnes affectées ou infectées par le Covid-19.

Seigneur, «Nous déposons dans tes mains les victimes du Covid-19 qui attendent de toi leur guérison. Nous te prions pour le personnel soignant et tous ceux qui se dévouent au chevet des personnes infectées. Nous te supplions de nous donner la paix intérieure pour que nous ne paniquions pas, devant ce fléau». Après cette messe, l’archevêque de Lomé a eu une rencontre virtuelle avec des milliers de jeunes de son diocèse à l’occasion de la Journée diocésaine des jeunes. Il a ainsi délivré à la jeunesse catholique un message qui a été partagé par des centaines de jeunes et reçu près de 2000 commentaires.

Évêques infectés
Éthiopie: La pandémie du coronavirus qui a fait près de 70 000 victimes dans le monde n’a pas épargné les religieux. Le 25 mars, Mgr Angelo Moreschi, salésien italien, vicaire apostolique de Gambella, en Éthiopie est décédé dans son pays natal des suites du Covid-19.
Né en 1952, ordonné prêtre en 1982, Mgr Moreschi avait consacré tout son ministère sacerdotal à l’Éthiopie où il vivait depuis 1983. Il avait d’abord été nommé à Dila, dans le sud du pays, où il avait développé plusieurs initiatives, la plupart en lien avec l’éducation des jeunes, au cœur du charisme des Salésiens.

Rentré en Italie pour des soins, il est décédé à l’hôpital de Brescia, en Lombardie, où il avait été admis en raison de problèmes respiratoires.

L’Éthiopie compte officiellement 43 cas de coronavirus dont deux décès.

Burkina Faso: cardinal Ouédraogo, contaminé
Au Burkina Faso, l’archevêque de Ouagadougou, le cardinal Philippe Ouédraogo a été testé positif au Covid-19, le 30 mars. Dans un message publié, le 1er avril dans le journal diocésain de Ouagadougou, Duc in Altum, il a rassuré ses fidèles. «Pour ce qui me concerne, je voudrais vous rassurer que la situation ne présente pas de signes alarmants, a-t-il précisé. Comme vous le voyez, tout le monde est susceptible de contracter, de mille manières, cette maladie extrêmement contagieuse. C’est pourquoi je vous réitère l’exigence de n’épargner aucune mesure de prévention pour vous mettre à l’abri de cette pandémie».
Quelques jours avant l’archevêque de Ouagadougou, Mgr Séraphin François Rouamba, archevêque émérite de Koupéla avait testé positif au coronavirus.
Le Burkina Faso compte, au 5 avril, 318 cas de coronavirus.

Kenya: l’Église et les forces de l’ordre
Au Kenya, les relations sont plutôt tendues en l’Église et les forces de l’ordre depuis le début de la crise sanitaire.
Samedi 28 mars, la police kényane a effectué une descente dans plusieurs lieux de cultes chrétiens et musulmans pour faire appliquer l’interdiction de rassemblements publics liée à lutte contre le Covid-19.
Dans le comté de Bungoma Sud, dans l’Ouest du pays, deux prêtres, plusieurs religieuses et plus de 40 fidèles ont été arrêtés à la paroisse St Paul’s Kanduyi et à l’église catholique Christ Roi pour non-respect de l’interdiction de rassemblement public. Ils ont ensuite été libérés.

Par ailleurs, selon une dépêche publiée le 30 mars par l’agence missionnaire Fides, la Commission épiscopale Justice et paix kényane accuse les forces de l’ordre de faire preuve d’une grande violence pour faire appliquer les mesures anti-coronavirus décrétés par le gouvernement. «Ces actes brutaux ne font qu’ajouter davantage de souffrances aux personnes qui sont déjà vulnérables, accroissant ultérieurement le risque de diffuser et de contracter le virus de la part de la majorité de la population, forces de sécurité comprises», s’est indignée cette institution de l’Église kényane.

Appels à la solidarité
Au moins trois conférences épiscopales en Afrique ont appelé à la solidarité face à la pandémie du coronavirus.
Le 25 mars, la Conférence des évêques catholiques du Ghana (Gcbc) a appelé «les personnes de bonne volonté» à faire des dons pour faire face aux «contraintes de ressources matérielles» dans la lutte contre le coronavirus, qui a déjà fait 5 morts dans le pays. De leur côté, les évêques de la province ecclésiastique de Dakar, ont invité, dans un communiqué le 25 mars, les fidèles et associations de fidèles catholiques à participer «massivement, librement et généreusement», à l’effort de solidarité suscitée par le président de Macky Sall pour lutter contre le virus.

Le Sénégal compte 222 cas de coronavirus au 5 avril dont 85 guérisons.
«Le malheur dont le monde est solidaire ne peut être rapidement vaincu que si le combat est mené dans une charité solidaire universelle», a lui aussi estimé, mercredi 1er avril, Mgr Ignace Bessi, l’évêque de Katiola dans le nord de la Côte d’Ivoire, et président de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (Cecci) dans un appel à la solidarité universelle dans la lutte contre la propagation du coronavirus. «Vu la propagation sans tri ni discrimination d’aucune sorte du coronavirus, je voudrais nous inviter à la charité sous l’angle de la solidarité», a-t-il insisté.

Mozambique: la communauté Sant’Egidio et la confection de masques
La pandémie du Covid-19 est aussi l’occasion de faire preuve d’inventivité. Ainsi à Beira, au Mozambique, la communauté de Sant’Egidio s’est lancée dans la confection de masques de protection dont manque suscite l’inquiétude.

En outre, cette communauté catholique s’est lancée dans une campagne de sensibilisation et de prévention de la pandémie dans ce pays qui compte une trentaine de cas de coronavirus.

Lucie Sarr

Source:africa.la-croix

Return to the list of news