Benin

Au Bénin, catholiques et protestants prient pour l’unité des chrétiens

À l’occasion de la semaine de l’unité chrétienne, l’École d’initiation théologique et pastorale (Eitp) du diocèse de Cotonou et la communauté protestante Cité de Paix de Gbégamey, un quartier de Cotonou, ont organisé les lundi 20 et samedi 25 janvier des célébrations œcuméniques.

L’École d’initiation théologique et pastorale (Eitp) du diocèse de Cotonou et la communauté protestante Cité de Paix de Gbégamey, à Cotonou ont célébré ensemble la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Pour ce faire, elles ont organisé deux célébrations œcuméniques.

La première, qui s’est tenue le lundi 20 janvier, a consisté essentiellement en la récitation des vêpres. À cette occasion, le pasteur Martin Akpo, responsable de la communauté protestante Cité de Paix, venu vers l’institution catholique avec des fidèles de sa communauté, a fait une prédication.

Pour la deuxième célébration, les formateurs et étudiants l’École d’initiation théologique et pastorale (Eitp) se sont déplacés vers le Temple protestant de Gbégamey. Cette célébration a associé louanges, liturgie de la parole, prédication et intercessions. Dans sa prédication, le père Gbédjinou, directeur de l’Eitp a expliqué que « cette marche œcuménique s’intègre pleinement dans la dynamique de l’Eitp qui, en deux ans, a eu plusieurs démarches œcuméniques ». « Pour des activités intellectuelles de l’École – colloques, débats théologiques – des pasteurs et théologiens protestants sont associés ».

« Qu’il est agréable pour des frères de demeurer ensemble ! »

Pour son sermon, le lundi 20 janvier à l’Eitp et son mot d’accueil au Temple protestant le 25 janvier, c’est au psalmiste que le pasteur Martin Akpo a emprunté ses premiers mots exprimant son émerveillement : « Qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble ! » (Ps 133).

L’approche de l’Eitp est plus nuancée. Selon le père Maurice Hounmenou, animateur spirituel de l’école, « s’il est vrai que l’enjeu d’une telle initiative découle principalement de la volonté du Christ de voir son Église une et indivisible, la note particulière de l’Eitp réside dans le fait que l’école ne considère pas l’œcuménisme comme lieu d’expérimentation de ce qui unit protestants et catholiques, mais plutôt comme l’affirmation de ce qui constitue les différences entre eux dans un esprit de vérité et de charité ».

De son côté, dans son homélie au Temple protestant, le père Gbédjinou a insisté sur la nécessité pour catholiques et protestants de s’investir davantage dans les implications de l’identité chrétienne commune : « la foi chrétienne a des implications sociales et même politiques. Elle détruit les barrières et divisions et instaure une fraternité, a-t-il estimé. Nous sommes donc des frères et qu’a fortiori nous vivons dans un pays dont la première parole de la devise est le mot “fraternité”, c’est nous les chrétiens qui sommes appelés à créer cette fraternité, à la rendre effective au Bénin ».

Une expérience à perpétuer

Pour le pasteur Akpo « l’ouverture de l’Eitp initiatrice de la démarche est très impressionnante ». D’autres participants, des deux côtés, se disent très satisfaits. Josette Loupeda une catholique, élève de l’Eitp. « Si nous pouvons faire l’effort de célébrer ainsi de temps en temps cette unité chrétienne, cela nous permettrait d’aller de l’avant ». À sa suite, Victorin Alofa, fidèle protestant, salue l’initiative : « cette marche dans laquelle nous sommes engagés depuis quelques jours est impressionnante. Que nous soyons catholiques ou protestants, enfants d’un même père, nous sommes en effet appelés à être ensemble, à nous aimer les uns les autres ».

Juste Hlannon, à Cotonou

Source. : africa.la-croix

Return to the list of news