Ivory Coast

Le Cardinal Kutwa appelle à tracer un chemin de paix


Côte d’Ivoire : Le Cardinal Jean-Pierre Kutwa saluant le Président Allasane Ouattara

Dans son message à l’occasion de la célébration de la 53ème journée mondiale de la Paix, l’archevêque d’Abidjan, le Cardinal Jean-Pierre Kutwa, a invité la classe politique ivoirienne à ouvrir et tracer un chemin de paix pour la Côte d’Ivoire.

Françoise Niamien (avec Marcel Ariston Blé) - Cité du Vatican

Le message du Pape à l’occasion 53ème journée mondiale de la paix « arrive bien à son heure alors que l’année 2020 pointe à l’horizon » a fait remarquer le Cardinal Jean-Pierre Kutwa, archevêque d'Abidjan.
Dans un message intitulé : « La paix, un chemin d’espérance : dialogue, réconciliation et conversion écologique », le Saint-Père a lancé un appel à dépasser toutes les peurs qui entravent le chemin de la paix.
Au cours de la messe pour la paix qu’il a présidé le mardi 30 décembre 2019 en la cathédrale Saint-Paul du plateau en présence du Président de la république Alassane Ouattara, des membres du gouvernement, du Nonce apostolique en Côte d’Ivoire, Mgr Paolo Borgia, des prêtres, religieux et religieuses et des fidèles catholiques de l’archidiocèse d’Abidjan, le Cardinal Kutwa a commenté le message du Pape François, en lien avec les futures échéances électorales de 2020 en Côte d’Ivoire. Pour lui, ce message du Pape est un appel à la Côte d’Ivoire « à dépasser toutes les peurs qui entravent le chemin vers la paix ».

Toute guerre est un fratricide
En faisant allusion à la crise post-électorale qu’a vécu la Côte d’Ivoire en 2010 « avec son lot de morts, de blessés, de déplacés, de prisonniers, d’exilés, de biens détruits » dont les souvenirs sont encore vifs dans le cœur de nombreux ivoiriens, le Cardinal ivoirien a estimé que ses compatriotes « donneraient tout, afin de connaitre une paix stable et durables pour vaquer à leur occupations ».

Pour l’archevêque d'Abidjan, « il y a donc des urgences pour nous aujourd’hui de donner des signes qui vont dans le sens de l’apaisement et du vivre ensemble au-delà des mots, en agissant ensemble pour la création d’un environnement électoral apaisé ».

Et Pour y arriver le Cardinal Kutwa conseille de « prendre ensemble l’engagement de lever les obstacles à la paix ». Citant le Pape François, il a rappelé que « la guerre commence souvent par l’intolérance à l’égard de la différence de l’autre, qui renforce le désir de possession et la volonté de domination. »
Vivre une fraternité réelle dans le dialogue et la confiance

En s’interrogeant avec le Pape sur la manière de construire un chemin de paix et de reconnaissance réciproque, de rompre la logique macabre de la menace et de la peur, de briser la dynamique de la défiance qui prévaut actuellement, le cardinal préconise de « poursuivre une fraternité réelle, basée sur la commune origine divine et exercée dans le dialogue et la confiance réciproques. »

Il a en outre mentionné en revenant sur les propos du Saint-Père que la paix est avant tout, un chemin d’écoute basé sur la mémoire, la solidarité et la fraternité

Ouvrir et tracer un chemin de paix
Poursuivant son interpellation, le Cardinal a exhorté les acteurs politiques ivoiriens à la discussion en s’accordant « le crédit de l’honnêteté et de la bonne foi ». « Je rêve d’un moment où tous nos grands leaders pourront s’asseoir autour d’une même table pour s’écouter mutuellement afin de travailler à ce que la recherche de la cohésion, de l’unité et de la paix préside à toutes leurs paroles et actions politiques », a-t-il insisté.
Le cardinal Kutwa a donc lancé un message « à tous les va-t’en-guerre dans tous les partis politiques », les invitant à désarmer leurs cœurs. « Au nom de Dieu qui nous a tous créés, désarmez vos cœurs pour l’habiller du manteau de l’humilité, du pardon et de la paix ! Au nom de nos concitoyens vos frères et sœurs, désarmez vos cœurs ! »

Aspirons de toutes nos forces à la paix
La paix recherchée par les ivoiriens est également chemin de réconciliation dans la communion fraternelle, a fait remarquer le cardinal Kutwa. Au nom de cette réconciliation, l’archevêque d’Abidjan a demandé au président Alassane Ouattara, qui détient le pouvoir de la grave présidentielle, « de bien vouloir accepter de faire sortir du cachot tous ceux qui ont été arrêtés, suite aux derniers événements que connaît notre pays ».

Source: vaticannews.va

Return to the list of news