TOGO

Au Togo, les chrétiens face aux fresques inspirées de l’Évangile

Au Togo, comme dans de nombreux pays du monde, les églises catholiques sont ornées de peinture ou fresques inspirées de l’Évangile. Quels effets ces œuvres artistiques ont-elles sur les chrétiens? À quoi servent-elles dans des lieux de culte?

Dans l’église Sacré-Cœur de Jésus d’Abobo, à 35 km de Lomé, une fresque géante décore le mur derrière l’autel. Peinte par l’artiste plasticien togolais Darwin Legba-Mony, cette fresque est composée de deux scènes séparées par une grande croix portant Jésus crucifié: d’un côté, une scène du Jardin d’Eden avec Adam et Ève et de l’autre, une scène de la Pentecôte.

Le curé d’Abobo, père Paulin Silvère Koumodji, explique les orientations données à l’artiste pour la réalisation de ce tableau: « J’ai demandé à Darwin de faire une fresque qui, tout en inspirant ou aidant à la prière, puisse faire connaître la mission prépondérante de l’Esprit Saint dans la vie des Hommes et de l’Église. »

Darwin Legba-Mony a déjà réalisé des fresques dans des paroisses catholiques de Lomé, Zanguéra, Tsévié, Gbatopé, Gapé-Atsanvé. « J’essaie de propager la parole de Dieu à travers ce que je peins », explique-t-il.

Les fresques et la parole de Dieu
Ces fresques suscitent divers sentiments chez les catholiques qui fréquentent ces lieux de prière.
Rita Marguerite Mikpodedji est enseignante dans une école catholique de la capitale togolaise. « Quand j’entre dans une église, je vois à travers les fresques toute l’histoire de l’Église il y a plus de 2000 ans, confie-t-elle, l’on nous a enseigné que Dieu est grand, qu’il est le créateur. Mais quand j’entre dans une église, avec ces fresques, je comprends que Dieu est plus grand que toute l’histoire qu’on m’a racontée. »

« Je revis les Écritures Saintes à travers ces peintures », renchérit Vasthies-Alexis, une artiste plasticienne et décoratrice togolaise spécialisée en art chrétien. Dans les églises, cette artiste aime particulièrement les rosaces. En architecture et décoration, une rosace est une ouverture généralement en forme de rose dans un mur ou dans une cloison pour permettre à la lumière du jour de s’infiltrer dans un lieu. « J’aime la rosace représentant Notre-Dame-de-la-Rédemption dans l’église de Bè-Klikamé, tout en haut derrière l’autel », explique Vasthies-Alexis également sensible à la fresque de l’Agneau immolé à la cathédrale Sacré-Cœur de Jésus de Lomé.

« J’ai découvert l’histoire de Job pour la première fois grâce une fresque au Sanctuaire marial de Togoville », confie quant à lui, Petro Amouzougan-Goudjo qui trouve dans ces œuvres « une manière de lire ou de découvrir autrement la Bible ».

Une aide à la prière
Si ces sentiments sont partagés par plusieurs chrétiens interrogés par La Croix Africa qui estiment que ces fresques sont une aide à la prière, certains chrétiens sont plus ou moins indifférents à ses dessins. « Sincèrement les fresques dans les églises n’ont aucun effet sur moi », déclare ainsi Noël Olougbegnon, catholique et cinéaste, qui ajoute que ces œuvres le distraient plutôt. « J’adore prier les yeux fermés dans une ambiance sonore discrète », précise-t-il.

« Il ne faut pas s’arrêter juste à ce que l’on voit mais aller au-delà », estime pour sa part Akonaro, un catholique à Lomé, car « penser à ce qui est illustré par ces fresques est vraiment nécessaire pour méditer et prier ».

Charles Ayetan, à Lomé

Source :  africa.la-croix.com

Return to the list of news