Ivory Coast

DÉCÈS DE MGR LAURENT AKRAN MANDJO


Mgr Laurent Akran Mandjo, évêque émérite de Yopougon 

L’évêque émérite de Yopougon, premier évêque de ce diocèse situé à l’ouest d’Abidjan, a fortement marqué l’Eglise au plan local et national.

La Conférence des Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire et le diocèse de Yopougon ont annoncé, le mercredi 26 août 2020, le décès de Mgr Laurent Akran Mandjo à l’âge de 79 ans. Décédé le mardi 25 août 2020, à la Polyclinique Sainte Anne Marie d’Abidjan, après de longues années de maladie, Mgr Laurent Akran Mandjo a été un « bon pasteur » pour le diocèse de Yopougon, érigé le 08 juin 1982. Ordonné prêtre le 11 juillet 1971, il a été vicaire de paroisses, aumônier national de la jeunesse étudiante catholique (JEC), avant d’entreprendre des études de droit canonique à l’université Pontificale Urbanienne à Rome. Après l’obtention de son doctorat, il avait été nommé évêque 8 juin 1982 et ordonné évêque de Yopougon le 18 septembre de la même année, après seulement 11 ans de sacerdoce et à l’âge de 42 ans. Il a occupé cette fonction jusqu’à sa renonciation le 28 novembre 2015, pour limite d'âge. Il est l’unique évêque ivoirien actuellement à avoir débuté son ministère avec un diocèse érigé jusqu’à sa démission, soit 33 ans durant.

Vive émotion

L’annonce du décès de Mgr Mandjo a suscité une vive émotion au sein du clergé et des fidèles de ce diocèse. Le père Paulin Degni Congo, qui fut son premier secrétaire prêtre, parlant de la devise de Mgr Mandjo « non ministrari sed ministrare » (servir et non être servi) a témoigné du « zèle pastoral » de l’ancien évêque. Comme la grande majorité des prêtres du diocèse de Yopougon, père Paulin Degni Congo a reçu son ordination sacerdotale des mains du défunt évêque. A ses yeux, en tant que pasteur, Mgr Mandjo a servi son diocèse en étant tout à tous et est resté l’homme du peuple.
Le Père Adrien Essoh, un autre prêtre du diocèse de Yopougon, estime, pour sa part, que Mgr Mandjo s’est fait proche de toutes les composantes de son diocèse. « Il a été ce pasteur qui a su marquer de son empreinte ce vaste diocèse de Yopougon pour lequel il s’est donné donner corps et âme », a-t-il ajouté.

Un bon manager

Né le 5 novembre 1940 à Songon, un village de Yopougon dans le district d’Abidjan, Mgr Mandjo était, selon le père Degni, comme un père de famille, très attentif, aimable, patient mais très méticuleux. « Il a su faire confiance à ses prêtres, détecter leurs talents, et les mettre là où il faut pour qu’il porte du fruit pour tout le diocèse mais aussi pour notre mère Eglise. Mgr Mandjo a su associer et s’appuyer sur son presbyterium et ses agents pastoraux laïcs dans l’exercice de sa charge épiscopale pour le bien de son diocèse », a indiqué le prêtre.
Durant l’exercice de son ministère épiscopal, Mgr Mandjo a su allier mission et promotion humaine en bâtissant plusieurs écoles et autres structures pour le diocèse. Son sens de l’universalité de l’Eglise a favorisé l’implantation de plusieurs congrégations masculines et féminines sur son territoire diocésain, toutes engagées dans divers secteurs pastoraux aussi bien dans la conduite des paroisses que dans les services sociaux et sanitaires.

Former ses prêtres, un pilier de son action pastorale

La formation de ses séminaristes et prêtres était l’un des points fort de l’action pastorale du père Mandjo dès ses premières années d’épiscopat. Il ordonnait de nombreux prêtres pour son vaste diocèse et les envoyait se spécialiser. « Mgr a envoyé beaucoup de prêtres se former en Côte d’Ivoire et à l’extérieur », rappelle l’actuel évêque de Bondoukou, Mgr Bruno Essoh Yedoh, originaire de ce diocèse de Yopougon et ordonné lui-même prêtre par Mgr Laurent Mandjo en 1990. « Nous sommes des fruits de cette vision pastorale qui a enrichit non seulement le diocèse de Yopougon, mais aussi toute l’Eglise Catholique en Côte d’Ivoire. Et pour tout cela, nous lui seront à jamais reconnaissant », indique encore Mgr Yedoh.
Auteur, compositeur, Mgr Mandjo était aussi passionné de liturgie et de chants sacrés, pour lesquels il a fait former certains de ses prêtres dans des universités à Rome. En outre, en 1987, il a créé la très connu Maitrise de Yopougon, une grande chorale regroupant les meilleures voix du diocèse, une référence au-delà des frontières diocésaines et nationales.

S’engager sans peur

Excellent prédicateur, de ces homélies et lettres pastorales, on retiendra, de Mgr Laurent Mandjo, son engagement au service de la vérité, de la justice et de la paix, ainsi que l’appel envers ses diocésains à s’engager « sans peur » dans la vie socio-politique ivoirienne, à la lumière de l’Evangile. Convaincu de la présence du Christ, Mgr Mandjo a toujours terminé ses homélies et lettres pastorales en invitant les chrétiens à ne pas avoir peur.

Françoise Niamien (avec Marcel Ariston Blé) – Cité du Vatican

Source: vaticannews

Return to the list of news