African

Les épiscopats d’Afrique de l’Est réfléchissent à la protection des mineurs

Du 19 et 21 novembre, l’Association des conférences épiscopales d’Afrique de l’Est (Amecea) a organisé une réunion consultative sur la protection de l’enfance. La rencontre qui réunissait tous les présidents des épiscopats d’Afrique orientale avait pour but de réfléchir aux directives du pape en matière d’abus sexuels sur les mineurs et personnes vulnérables.

Les évêques de l’Association des conférences épiscopales d’Afrique de l’Est (Amecea) veulent œuvrer en synergie pour la protection des enfants et personnes vulnérables.

Réunis du 19 au 21 novembre à Nairobi, ils ont réfléchi à la mise en application des directives données par le pape François après le sommet sur les abus sexuels sur les mineurs et personnes vulnérables qui s’est déroulée à Rome en février.

«Après le sommet de Rome, les évêques ont eu l’occasion, en tant que présidents des conférences de la région Amecea, de réfléchir ensemble et de développer ce qui avait été discuté et la mise en œuvre des instructions qui avaient été formulées», a confié sur le site l’Amecea, le père Anthony Makunde, secrétaire général de la structure.

Partage d’expérience
L’Amecea inclut le Malawi, le Kenya, le Soudan, le Soudan du Sud, la Zambie, la Tanzanie, l’Éthiopie, l’Érythrée et l’Ouganda. Djibouti et la Somalie sont des membres associés.

La réunion a permis aux épiscopats de la partie orientale de l’Afrique partager les expériences de la Tanzanie, de la Zambie, du Kenya et du Malawi où des rencontres avaient été organisées à l’endroit du clergé sur le sujet de la protection des enfants.

Mgr Luke Thomas Msusa, vice-président de l’Amecea et président de la Conférence épiscopale du Malawi (ECM) s’est réjoui des mesures prises par le pape et a invité ses pairs à «s’unir pour guider l’Église vers un environnement sûr et adapté aux enfants».

Initiatives particulières
Mgr Gervas Nyaisonga, président de la Conférence épiscopale de Tanzanie, interrogé par Amecea Online, le site de cette structure régionale, a souligné l’existence dans son pays d’une politique nationale de protection des mineurs. «Actuellement, nous avons commencé à promouvoir le développement de politiques de protection de l’enfance au niveau diocésain par le biais du département de la pastorale en collaboration avec le département Justice et paix, car il existe des problèmes de justice en matière de maltraitance», a-t-il ajouté.

De son côté, Robert Muhiirwa, vice-président de la Conférence épiscopale ougandaise a assuré que plusieurs diocèses d’Ouganda avaient pris en main la question de la protection des enfants bien avant le sommet de Rome sur les abus sexuels. «L’année dernière, en juin, nous avions déjà une politique qui avait été envoyée à Rome, mais nous ne l’avions pas officiellement promulguée car nous voulions un retour de Rome. Mais maintenant, avec les développements récents, nous essayons de voir comment améliorer ce que nous avons déjà comme outils de protection des enfants».

La Croix Africa avec Amecea Online

Source: africa.la-croix

Return to the list of news