Tchad


L’UCAC ouvre un nouveau campus au Tchad

Le Père Kondjo Diddy Brossala, jésuite, directeur du nouveau campus de l'Université Catholique d'Afrique Centrale (UCAC), au TchadLe Père Kondjo Diddy Brossala, jésuite, directeur du nouveau campus de l'Université Catholique d'Afrique Centrale (UCAC), au Tchad 

Après 30 ans d’existence, l’Université Catholique d’Afrique Centrale (UCAC) ouvre un nouveau campus au Tchad pour l’année académique 2022-2023. Le Père Kondjo Brossala Diddy, directeur de ce nouveau campus a expliqué le contexte d’élargissement de cette structure académique dans le pays sahélien, dans la ville de Moundou, au sud. Il a aussi fait part des défis et opportunités de ce nouveau cadre de formation.


Jacques Ngol,SJ – Cité du Vatican

«Nous espérons que ce grain d’espoir que nous allons semer va transformer les cœurs et la vision des tchadiens», a déclaré le Père Brossala Diddy, directeur du pôle Tchad de l’UCAC, qui s’est exprimé sur la mission que cette institution porte pour le service de l’humanité. Créée en 1991, l’Université catholique d’Afrique centrale fait son premier pas au Tchad en ouvrant un nouveau campus, qui abritera l’école des sciences pédagogiques et des sciences vétérinaires.

Le défis des formations pratiques au Tchad

Après les sciences sociales et de gestions, la philosophie et la théologie, le droit canonique et les sciences de la santé au Cameroun; les sciences agronomique en Centrafrique, l’UCAC a choisi d’ouvrir au Tchad les sciences pédagogiques et vétérinaires pour le Tchad. Le but est de répondre au besoin précis de la population locale. D’après le directeur de ce campus, l’ambition de l’UCAC est de «former les personnes en fonction des priorités locales». Et dans ce sens, le choix s’est opéré en ceci que «le Tchad étant un pays d’élevage, cette institution serait un lieu où la population serait renforcée du point de vue de son développement aussi bien sur le plan sanitaire qu’économique», a-t-il indiqué. Pour ce qui est des sciences pédagogiques, c’est en lien avec le constat fait sur la baisse du niveau d’instruction dans le pays sahélien. Face à cette chute, a poursuivi le jésuite tchadien, il parait urgent de «former des personnes compétentes qui pourraient transmettre et enseigner efficacement les enfants en vue de leur développement intellectuel et aussi du développement du pays». Le Père Kondjo Diddy a rassuré que le choix de ces filières pourrait contribuer efficacement à apporter quelques changements dans ce sens.

L’UCAC, un cadre propice de formation et d’accompagnement

Le cadre qu’offre l’UCAC n’est pas seulement un lieu de formation intellectuelle, mais bien plus. L’université accompagne les jeunes dans la construction de leur vie sur tous les plans. C’est pour cette raison que le nouveau campus de l’université catholique d’Afrique centrale basée à Moundou est ouvert à tous sans distinction et tient compte de toutes les catégories et couches sociales dans sa politique de recrutement. Dans le but de donner l’accès à toutes les couches sociales et offrir la chances à tous de bénéficier de cette formation, l’institution a procédé à une «réduction considérable sur le tarif de formation comparativement à certains campus – déjà existants – ndlr». Selon le directeur, c’est le premier pas dans la manifestation du désir d’accorder une faveur aux personnes défavorisées. Le deuxième pas serait de trouver des «partenaires qui pourraient aider à la formation» de ces dernières, a-t-il ajouté, le but étant de permettre à tous de bénéficier de ce programme de formation. Mais au-delà de cette considération sur le plan financier, la formation que l’UCAC souhaite est d’accompagner des étudiants dans le sens de l’entreprenariat, de sorte que, sortant de là, ils soient capables d’entreprendre par eux-mêmes.  

La formation intégrale dans un contexte de pluralité

Le Tchad est un pays avec une grande diversité culturelle et religieuse. L’ouverture d’une université catholique nécessite une ouverture au respect des valeurs d’autres confessions religieuses. Le Père Brossala a rassuré que l’université catholique rentre dans la logique de l’église catholique qui est d’aller à l’autre en respectant sa conviction religieuse. Les valeurs fondamentales dont il est question sont, entre autres: «le respect des personnes dans leur intégrité, le respect des autres religions et cultures des valeurs fondées sur l’éthique, les valeurs qui puissent faire la promotion de l’être humaine dans sa dignité», a-t-il précisé. Il a par ailleurs souligné que «les étudiants de cette institution se formeront sur des valeurs fondamentales d’humanité enracinées en Dieu».

Un défi à relever

Le défi majeur dans la réalisation de ce projet est d’abord d’ordre financier, a confié le directeur de l’UCAC, pôle Tchad, qui a lancé l’appel à toutes les personnes de bonne volonté pour des contributions à l’accomplissement de cette œuvre éducative.

Source: vaticannews

Retour à la liste des nouvelles