CAMEROUN


Evêque de Buea : "Le peuple vit dans la peur, l'Eglise insuffle l'espoir"

Buea (Agence Fides) - "Le plus grand défi que l'Église doit relever sur nos terres est de mener une vie pastorale parmi un peuple qui vit dans la peur. La vie de notre peuple n'a aucun semblant de normalité, de nombreuses familles sont obligées de fuir par peur de perdre la vie. Mais dans toute la région, nos prêtres sont restés proches des gens : nous n'avons jamais fermé aucune église, nous essayons de donner confiance en restant fidèles à Dieu et à l'Église, sans abandonner personne. Par-dessus tout, nous nous référons à Dieu comme à notre espérance. En tant qu'évêque, j'effectue chaque année des visites pastorales dans chaque communauté de mon diocèse, même dans celles où il est plus dangereux de se rendre". S'adressant à l'Agence Fides, Mgr Michael Miabesue Bibi, évêque de Buea, la deuxième plus grande ville et la deuxième plus peuplée (environ 700 000 habitants) des régions anglophones du Cameroun. La ville est sans aucun doute plus vivable et moins dangereuse que Bamenda, la capitale régionale, mais dans ses zones périphériques, à mesure que l'on s'éloigne du centre, ainsi que dans les zones forestières, la situation reste très tendue et caractérisée par des affrontements entre l'armée et les groupes armés indépendantistes.
"Avant, les habitants de Buea avaient davantage peur des militaires et de leurs incursions dans les villages ; maintenant, ils craignent davantage les Amba Boys (les groupes armés séparatistes), et quand je rencontre les fidèles des zones les plus reculées du diocèse, ils me disent : il vaut mieux pour nous qu'ils envoient l'armée parce que les Amba Boys sont plus dangereux", souligne l'évêque. Autrefois, poursuit-il, il y avait plus de solidarité avec les séparatistes et le gouvernement accusait tout le monde de collaborer avec eux. Mais dernièrement, les Amba Boys ont commis des actes odieux et la population a peur. Dans un village où je me rendrai prochainement, de nombreux civils ont été battus et menacés simplement parce qu'ils s'étaient plaints de la situation dans laquelle ils vivaient. Dans de nombreuses régions intérieures, les Amba Boys ont forcé la fermeture des écoles parce qu'elles sont gérées par le gouvernement. Dans certains cas, elles ne permettent pas à l'aide humanitaire de passer et laissent la population dans un isolement total.
Dans la région, la vie est marquée par les déplacements et les difficultés : "À Limbe, rapporte Mgr Miabesue Bibi, une ville très proche de Buea avec un débouché sur la mer dans la baie d'Amba, qui fait partie du diocèse de Buea, de nombreuses personnes déplacées arrivent de Mamfe, Bamenda, Kumbo et nous essayons d'aider tout le monde. Mon diocèse est beaucoup plus peuplé ces derniers temps parce qu'il est plus calme, mais tout peut arriver en périphérie : il y a encore de fréquentes fusillades qui terrorisent la population innocente, la forçant à fuir. Malheureusement, nous ne sommes pas non plus tout à fait tranquilles ici en ville, et il arrive que l'on entende des explosions et des coups de feu. Nous vivons dans cette situation depuis trop longtemps, mais nous devons garder espoir car nous savons que Dieu ne nous abandonne pas. Les prières et les espoirs de moi-même et de tout le peuple de Dieu n'ont qu'un seul but : qu'un accord soit rapidement trouvé et que la paix ait une chance. Trop de souffrance nous a saisis depuis trop longtemps : la vie normale doit revenir, les hôpitaux et les écoles ne peuvent être fermés ou détruits. Dans certaines régions, comme Muyuka, la plupart des écoles sont fermées. Nous ne pouvons plus permettre à des gens de vivre comme ça". 

Source: fides.org

Retour à la liste des nouvelles