EGYPTE

 

Le Conseil œcuménique des Eglises du Moyen-Orient :
les tempêtes de l'histoire n'éteindront pas la présence des chrétiens sur les terres de Jésus

Le Caire (Agence Fides) - Dans le cadre de l'histoire, le récit chrétien ne peut être séparée des terres où le Christ est né, a vécu, est mort et est ressuscité. Les chrétiens ont également apporté une contribution importante à la civilisation arabe pour le développement des sociétés actuelles du Moyen-Orient, et, confiants dans la grâce du Christ, ils pourront rester enracinés dans ces terres et offrir une contribution précieuse à la renaissance des pays du Moyen-Orient. Une confiance en l'avenir et l'absence de tout apitoiement victimaire, tel est le message final en 12 points diffusé à l'issue de la 12e Assemblée générale du Conseil des Églises du Moyen-Orient (MECC), qui s'est tenue du lundi 15 au vendredi 20 mai en Égypte, au Centre Logos rattaché au monastère d'Anba Bishoy, dans la région désertique de Wadi el Natrun. L'assemblée, qui a réuni des patriarches, des évêques et d'autres représentants des Églises et des communautés ecclésiales présentes dans les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, dans le document diffusé à l'issue des travaux, a également exprimé sa tristesse face à l'émigration massive des jeunes qui affaiblit les sociétés du Moyen-Orient et réduit considérablement l'effectif de nombreuses communautés chrétiennes locales. Dans le même temps, l'espoir a également été exprimé que les personnes et les familles qui émigrent de leur pays d'origine préservent le lien avec la mère patrie et ne dissipent pas l'héritage des richesses spirituelles reçues dans leurs communautés d'origine. L'Assemblée a unanimement remercié le président égyptien Abdel Fattah al Sisi, exprimant sa reconnaissance pour les mots avec lesquels le chef d'État s'est adressé aux participants à la réunion, lorsqu'il a souligné que " les frères et sœurs chrétiens, dans tous les pays arabes, font partie intégrante du tissu de toute la société arabe ".

Parmi les points rappelés dans le document final, les participants à l'assemblée ont réitéré l'urgence de contrer "la violence et le fanatisme sous toutes ses formes" ; ils ont rappelé la nécessité d'aider les personnes marginalisées et vulnérables, les réfugiés et les personnes déplacées ; ils ont réaffirmé l'urgence de "respecter la liberté de croyance, de consolider les valeurs de citoyenneté et de vie commune avec nos frères et sœurs musulmans, avec lesquels nous avons un respect mutuel". L'engagement de "soutenir les Eglises et les croyants de Jérusalem" a également été réaffirmé, ainsi que "le devoir de préserver les Lieux Saints, en rappelant à la communauté internationale et aux peuples du monde l'importance de soutenir la présence chrétienne dans la Ville de la Paix".

Le Conseil des Églises du Moyen-Orient, fondé en 1974 à Nicosie et actuellement basé à Beyrouth, vise à faciliter la convergence des communautés chrétiennes du Moyen-Orient sur des questions d'intérêt commun et à aider à surmonter les conflits confessionnels. Le MECC comprend des églises et des communautés ecclésiales appartenant à quatre "familles" différentes : catholique, orthodoxe, orthodoxe orientale et évangélique. Lors de sa session de clôture, l'Assemblée générale accueillie en Égypte a élu les quatre nouveaux présidents du Conseil, représentant les quatre familles ecclésiastiques qui composent l'organisme œcuménique : pour la famille orthodoxe orientale, l'évêque Antonios, métropolite de Jérusalem et du Proche-Orient pour les coptes orthodoxes, sera le président pour le prochain mandat ; pour la famille orthodoxe, un rôle similaire sera tenu par Yohann X, Patriarche grec orthodoxe d'Antioche, qui réside à Damas ; la "famille" des Églises catholiques sera représentée à la présidence collégiale par Raphaël Bedros XXI Minassian, Patriarche de Cilicie pour les Arméniens catholiques ; le président choisi pour représenter la "famille" des Églises évangéliques sera le Révérend Paul Haidostian, Président de la Fédération des Églises évangéliques arméniennes du Proche-Orient. L'Assemblée générale a également confirmé l'élection du Secrétaire général du Conseil, le professeur grec orthodoxe Michel Abs, qui avait été choisi par le Comité exécutif lors de sa réunion du 18 septembre 2020 à Bkerké, au Liban, au siège du Patriarcat maronite.

Source : fides.org

Retour à la liste des nouvelles