Cameroun


Pèlerinage pour la paix et l’apaisement du climat social

A Marienberg, les évêques du Cameroun et les fidèles du peuple ont prié avec la Vierge Marie pour la paix au Cameroun/Channon Denwo/LCA

Les 23 et 24 avril, des délégations de catholiques sont venues de tous les diocèses du Cameroun pour retrouver leurs évêques sur le site où les premiers missionnaires catholiques allemands ont mis les pieds pour la première fois et se sont installés dans le pays vers la fin du XIXe siècle. Le but de ce pèlerinage était de prier pour la paix dans ce pays d’Afrique centrale tourmenté par la crise anglophone depuis plus de six ans.

Les 23 et 24 avril, les chrétiens catholiques du Cameroun se sont retrouvés à la paroisse catholique Marie Reine des Apôtres de Marienberg, dans le département de la Sanaga Maritime, dans la région du Littoral du Cameroun. C’était à l’occasion du pèlerinage national organisé par la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (Cenc), pour prier pour la paix et l’apaisement du climat social au Cameroun. Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, était représenté à ce pèlerinage par le ministre d’État secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngo Ngoh.

Marienberg

Marienberg est le nom de la toute première mission catholique romaine au Cameroun et constitue le pôle de l’envol missionnaire catholique dans ce pays. L’histoire rapporte que les premiers missionnaires catholiques au Cameroun, les pères Pallotins de Limburg sur Lahn en Allemagne y sont arrivés le 8 décembre 1890. Ils ont fondé la mission catholique et ont consacré la Vierge Marie patronne du Cameroun, sous l’appellation de « Marie Reine des Apôtres, Reine du Cameroun ». « Depuis cet instant, le Cameroun est sous la protection de la Vierge Marie », peut-on lire dans l’ouvrage « Histoire du Cameroun », du père Engelbert Mveng, historien et premier jésuite camerounais, assassiné le 23 avril 1995.

« Le pèlerinage national de prière pour la paix au Cameroun organisé les 23 et 24 avril 2022 par la Conférence épiscopale au Cameroun avait pour objectif de renouveler la consécration du Cameroun à la Vierge Marie, comme l’ont fait les pères fondateurs de l’Église catholique en 1890, puis pendant le centenaire de l’Église catholique au Cameroun 1990, et en 2010 par les héritiers », explique Serge Mvounia, professeur d’histoire dans un lycée public camerounais.

Pour Hervé Sylvain Essomba, chrétien catholique du diocèse de Yaoundé, cette initiative de la Conférence épiscopale est heureuse. « Depuis 2016, nous vivons une situation de conflit sécessionniste qui s’est transformé en guerre dans les régions du Nord-Ouest et du sud-ouest du Cameroun, explicite-t-il. Il y a déjà beaucoup de morts du côté de nos Forces de défense et sécurité et du côté des sécessionnistes ». De plus, le climat social est tendu. « Il y a d’autres crises sécuritaires aux frontières, ajoute-t-il. À cela s’ajoute la pauvreté. Il était utile que notre Église revienne aux sources de Marienberg, pour prier avec la Sainte Vierge Marie afin que la paix revienne au Cameroun ».

Pèlerinage

Le 23 avril, après l’arrivée des pèlerins et leur installation sur le site, une grande veillée de prière a été organisée toute la nuit du 23 au 24 avril. Le pèlerinage a aussi été ponctué par les prières d’adoration devant le Saint Sacrement, les confessions et les échanges entre chrétiens autour de la Parole de Dieu et des célébrations eucharistiques.

Il a été clôturé, dimanche 24 avril, de la Miséricorde Divine par une messe présidée par Mgr Abraham Kome Bialo, évêque du diocèse de Bafang et président en exercice de Conférence épiscopale nationale du Cameroun, en présence de Mgr Julio Murat, nonce apostolique au Cameroun et en Guinée équatoriale et des évêques de toutes les provinces ecclésiastiques. Plus d’un millier de fidèles assistaient à cette célébration, selon le célébrant principal ceci « marque notre désir commun de paix et de stabilité dans notre cher pays ».

Jean-François Channon Denwo

Retour à la liste des nouvelles