Burkina Faso


Les chrétiens se prononcent sur l’engagement des prêtres 

Vigile 2021 à la paroisse Saint Jean Marie Vianney de Tampuy ( Ouagadougou), Le 31 décembre 2021/ Kamboissoa Samboé/ LCA

Lors de la messe chrismale du jeudi 14 avril, au cours laquelle les prêtres renouvelaient leurs promesses sacerdotales, le Saint-Père est revenu sur la vocation du prêtre. Interrogés par La Croix Africa, des fidèles de Ouagadougou se sont prononcés sur l’engagement des prêtres au Burkina Faso.

La paroisse Notre-Dame-de-Fatima de Dassasgo de Ouagadougou, à l’est de la ville est quasiment pleine, chaque jour, à 18 h 30, pour la messe du soir. Un constat similaire est fait dans les paroisses Saint-Pierre de Gounguin (Ouest), Jean 23 (centre) et Saint Jean-Marie Vianney de Tampuy (Nord). Lors de la messe chrismale du jeudi 14 avril, au cours de laquelle les prêtres renouvelaient leurs promesses sacerdotales, le pape François, après avoir rappelé « qu’être prêtre est une grâce », a fait remarquer qu’ « un prêtre mondain est un païen cléricalisé ».

Des fidèles de paroisses de Ouagadougou précitées ont réagi à cette homélie papale. Certains d’entre eux sont assez critiques. Pour Marceline Somé, 30 ans de vie chrétienne, décorée deux fois pour service rendu à l’Église et responsable du service de l’ordre à la paroisse Notre-Dame-de-Fatima. Le problème est double. « Non seulement, il manque des prêtres, mais certains sont moins engagés », souligne-t-elle.
De son côté, chrétien à la paroisse Saint Camille de Ouagadougou, Étienne Lankoandé, 34 ans, fait une différence entre les prêtres diocésains et les religieux, ces derniers étant, à ses yeux, plus engagés. Il se réjouit aussi qu’un nombre important de prêtres honorent fidèlement leur engagement et sont des modèles pour la communauté.

Des fidèles qui poussent les prêtres à la mondanité

Arielle Gouin, 22 ans infirmière, fait remarquer que certains fidèles poussent les prêtres à la mondanité. Loic Kini, paroissien de Jean 23 approuve et ajoute que les fidèles ne facilitent pas la vie aux prêtres par leurs propos calomnieux.

De son côté, Gerard Béogo, journaliste, fait remarquer le pape François est un pape révolutionnaire qui vient briser l’hypocrisie dans le milieu ecclésial. « Les prêtres doivent être des témoins et non des maitres, insiste-t-il. Ils doivent se rappeler les raisons de leur engagement sacerdotal. Il faut aussi qu’ils quittent les sacristies pour aller sur le terrain. Il nous manque des prêtres de terrain, ceux qui visitent des familles et ceux qui vont vers les pauvres ».

Prier pour les prêtres et soutenir

S’ils émettent quelques critiques et suggestions pour un meilleur engagement sacerdotal, les fidèles estiment unanimement qu’il est nécessaire de soutenir les prêtres et de prier pour eux. C’est le cas de Larissa Bouda, 22 ans, fidèle à la paroisse Jean Marie Vianney. Marcel Kindo suggère, lui, que « des dons et cotisations » soient faits pour soutenir les prêtres afin qu’ils ne tombent pas dans le manque.

Kamboissoa Samboé (à Ouagadougou)

Source: africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles