Côte d’Ivoire


des bénévoles catholiques soutiennent
une paroisse victime d’un grave incendie

Une vue du presbytère de la paroisse Saint-Ange Gabriel de Pacobo détruit par un incendie/Facebook Cathholokia

Le service volontaire catholique, un groupe de jeunes catholiques, a lancé depuis quelques jours une entraide en faveur de la paroisse Saint-Ange-Gabriel de Pacobo (sud). Dans la nuit du 7 au 8 avril, cette paroisse a été victime d’un grave incendie qui a fait deux morts et d’énormes dégâts matériels.

Quelques jours après l’émoi suscité par l’incendie qui a tué deux ouvriers et ravagé le presbytère de la paroisse Saint-Ange-Gabriel de Pacobo, dans le sud de la Côte d’Ivoire, au petit matin du 8 avril, les membres de la communauté catholique ivoirienne s’organisent pour lui porter assistance.

Au nombre de ces bonnes volontés qui tentent de porter secours à cette paroisse du diocèse d’Agboville gravement sinistrée, figure le Service volontaire catholique de Côte d’Ivoire (SVC-CI), une organisation de jeunes catholiques majoritairement issus du diocèse d’Abidjan. Ils ont lancé mercredi 13 avril « l’opération cœur compassion », une collecte de fonds « pour offrir un week-end pascal digne à la communauté » paroissiale sinistrée.

Grâce aux premiers dons, les bénévoles ont pu louer un matériel de sonorisation qu’ils ont mis à la disposition de la paroisse pour les célébrations de Pâques. « Cela faisait partie des premières urgences exprimées par le curé que nous avons contacté après le drame, explique Evra N’da, le président de cette association. L’un de nos vœux est de pouvoir leur offrir cette sono estimée à 3 millions de F CFA (4 577 €) ».

Besoins de matériel et de main-d’œuvre

L’autre objectif immédiat pour les membres du service volontaire catholique est la reconstruction du presbytère, la violence des flammes ayant tout détruit. Pour ce faire ils sont à la recherche de main-d’œuvre et de matériels. « Nous avons besoin de techniciens et ingénieurs en bâtiment : maçons, menuisier, électricien bâtiment, plombier etc. qui souhaitent se joindre à nous de manière bénévole pour ces travaux », plaide Evra N’da.

À défaut d’un don en espèce, ces jeunes sont également en quête de matériels de construction et de mobiliers pour rééquiper le presbytère. « Si vous avez des pots de peinture, des tôles, des feuilles de contreplaqués pour les plafonds nous vous prions de nous les faire parvenir pour qu’ensemble nous allions réhabiliter le bâtiment. »

L’expérience des JMJ

Fondé par cinq jeunes qui ont participé aux Journées mondiales de la jeunesse, le service volontaire catholique est né de l’exemple du dévouement et de la qualité du travail des jeunes bénévoles au service des JMJ de Cracovie en 2016 et du Panama en 2019. « Nous avons vu une très belle organisation de la part des jeunes pour ces JMJ qui ont rassemblé des millions de personnes autour du pape, confie N’da, par ailleurs ancien responsable diocésain des jeunes d’Abidjan. Revenus en Côte d’Ivoire, nous nous sommes concertés et avons jugé opportun de créer un service de volontaires capables d’épauler de façon bénévole les organisations d’activités au niveau de l’Église ou de notre pays ».

Le président du Svc-ci veut fédérer un plus grand nombre de jeunes dans cette association de laïcs. Il les appelle à les rejoindre afin de « partager gratuitement leurs expertises et se mettre à la disposition de l’Église et de notre pays. »

Guy Aimé Eblotié

Source: africa.la-croix

Retour à la liste des nouvelles