RD CONGO

 


UN ÉVÊQUE CATHOLIQUE EN RDC LANCE UN APPEL À L'AIDE HUMANITAIRE POUR LES PERSONNES DÉPLACÉES PAR LES ÉRUPTIONS VOLCANIQUES

 
Des milliers de personnes ont été évacuées de Goma, en République démocratique du Congo, suite aux menaces d'une nouvelle éruption volcanique. Crédit : Nelson MantamaDes milliers de personnes ont été évacuées de Goma, en République démocratique du Congo,
suite aux menaces d'une nouvelle éruption volcanique. Crédit : Nelson Mantama

Une aide humanitaire est sollicitée pour les centaines de milliers de personnes déplacées après que les éruptions volcaniques du Mont Nyiragongo en République démocratique du Congo (RDC) ont forcé les habitants de la ville de Goma, dans l'est du pays, à fuir "dans toutes les directions".

"Nous appelons le gouvernement, les membres de la communauté internationale et les personnes de bonne volonté à soutenir notre peuple qui se déplace dans toutes les directions en raison des menaces d'une nouvelle éruption", a déclaré samedi 29 mai aux journalistes Mgr Willy Ngumbi Ngengele du diocèse catholique de Goma en RDC.

La première éruption volcanique, le 22 mai, aurait causé la mort de 30 personnes. Le 27 mai, les autorités de Goma, dans la province du Nord-Kivu, ont ordonné à près d'un tiers des habitants de la ville d'évacuer les zones à risque de nouvelles éruptions, expliquant que du magma avait été détecté sous Goma et le lac Kivu voisin, rapporte BBC News.

"Pour l'instant, nous ne pouvons pas exclure une éruption sur terre ou sous le lac", aurait déclaré le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, Ndima Kongba, ajoutant : "Il est très important de rester à l'écart des coulées de lave, en raison du danger de mort par suffocation ou brûlures."

S'adressant aux journalistes en marge d'une réunion des évêques catholiques de la province ecclésiastique de Bukavu, Mgr Ngumbi, évêque du diocèse de Goma, a déclaré que l'annonce de l'évacuation par les autorités avait "créé la panique au sein de la population, les gens fuyant dans toutes les directions pour se mettre en sécurité."

S'adressant à ACI Afrique au sujet de la situation sur le terrain, Nelson Mantama, le responsable de la communication du Centre catholique de la jeunesse du diocèse de Goma, a déclaré que le jeudi 27 mai était une journée très difficile pour les habitants de Goma.

"Nous nous sommes réveillés avec une annonce du gouverneur ordonnant à la population d'évacuer la ville", dit-il, et il ajoute : "Nous avons vu des centaines de milliers de personnes partir dans différentes directions. Certains sont allés au Rwanda en passant par la Grande Barrière. D'autres ont pris le chemin de Bukavu en passant par le lac tandis que d'autres ont pris la direction de Sake dans le territoire du Nord-Kivu."

  1. Mantama a déclaré que ce n'était pas facile pour la population car les habitants ont quitté leurs maisons sous tension.

"L'information nous est parvenue à 1 heure du matin et déjà à 4 heures du matin, nous avons vu des milliers de personnes se précipiter pour quitter la ville. Cette situation a provoqué beaucoup d'embouteillages et beaucoup de stress, beaucoup d'enfants disparus", a déclaré le responsable de la jeunesse catholique à ACI Afrique. 

Avec d'autres jeunes, a-t-il dit, ils ont mobilisé des véhicules pour transporter les personnes vulnérables en lieu sûr.

 

"Personnellement, j'étais là avec une voiture qui se déplaçait. J'ai fait des allers-retours jusqu'à la frontière avec le Rwanda. J'ai également accompagné certaines personnes au bord du lac pour se rendre à Bukavu", a-t-il partagé avec ACI Afrique.

Une grave crise humanitaire s'installe dans les camps et les villes qui accueillent les personnes déplacées, a déclaré M. Mantama, qui a expliqué : "Il y a un manque d'eau. Il n'y avait pratiquement pas d'installations sanitaires installées pour permettre à ces personnes de se soulager facilement. Il n'y avait pas de nourriture à manger car les prix ont augmenté. ”

Au milieu de ces défis, le responsable de la jeunesse catholique a déclaré que certains de ceux qui ont fui la ville le 27 mai ont commencé à rentrer chez eux.

Pour aider les personnes affectées, M. Mantama a déclaré que l'Eglise est "activement impliquée dans l'aide humanitaire, Caritas Goma ayant engagé ses moyens logistiques pour faciliter la distribution d'eau et de produits alimentaires avec ses camions".

  1. Mantama a ensuite lancé un appel à la communauté internationale pour qu'elle vienne en aide à ceux qui ont été touchés par l'éruption volcanique, en particulier ceux qui ont été déplacés.

"Nous invitons et lançons un appel à la communauté internationale pour qu'elle prenne le contrôle de cette catastrophe afin d'apporter une réponse et de sauver notre peuple", a-t-il déclaré, ajoutant : "Nous continuons notre rôle de facilitateur, de communicateur. Nous continuons à observer, à collecter des informations et maintenant à voir comment communiquer avec ceux qui étaient partis, mais aussi avec ceux qui revenaient."

Entre-temps, s'adressant aux journalistes le 29 mai, Mgr Ngumbi du diocèse de Goma a déclaré qu'avec un grand nombre de personnes ayant besoin d'aide, le peuple de Dieu des villes voisines doit "ouvrir ses portes et accueillir les déplacés".

Il a en outre invité le clergé et les religieux disposant de moyens de transport à "les mettre à la disposition des personnes vulnérables."

Mgr Ngumbi a mis en garde les habitants de Goma contre toute précipitation à rentrer dans leurs maisons respectives en disant "ils doivent rester attentifs et vigilants en attendant la décision des autorités, car le volcan est imprévisible."

De leur côté, les membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) ont exprimé leur "solidarité et leur proximité spirituelle avec la population de Goma" suite à l'éruption volcanique.

Dans un message publié samedi 29 mai, les évêques catholiques de RDC disent suivre "de près la situation dans la ville de Goma et dans le territoire de Nyiragongo."

"Nous sommes profondément attristés par cette catastrophe survenue dans le contexte d'une crise causée par l'insécurité dans la province du Nord-Kivu et la pandémie du COVID-19. Nous exprimons notre solidarité et notre proximité spirituelle avec la population de Goma et Mgr Willy Ngumbi Ngengele", déclarent les évêques catholiques dans leur message signé par le président de la CENCO, Mgr Marcel Utembi.

Ils implorent : "Que l'Esprit du Christ ressuscité console les affligés et touche les cœurs des personnes de bonne volonté afin que l'élan de solidarité observé dans la population se concrétise par des actions humanitaires en faveur de nos frères et sœurs touchés par ces événements malheureux."

De son côté, le Président Félix-Antoine Tshisekedi appelle à la vigilance en déclarant : "La situation est sous contrôle. Ce qui est sûr, c'est qu'aujourd'hui, la lave n'est plus sur le cratère, mais le volcan reste actif. Nous devons rester vigilants. Nous suivons les scientifiques et nous ne voulons pas précipiter les choses. ”

"Je veux aller voir par moi-même comment la prise en charge de nos compatriotes est organisée, mais aussi leur apporter réconfort et soutien", aurait déclaré le président Tshisekedi le 29 mai.

Le chef de l'État a lancé un "vibrant appel à l'aide et à la solidarité aux compatriotes de tous les coins du pays pour venir en aide à la population sinistrée de Goma par des gestes de générosité qui pourraient soulager un peu la douleur en ces moments difficiles."

L'aide humanitaire, a-t-il dit, "parvient déjà aux victimes, notamment à Sake où de la nourriture a été distribuée aux nécessiteux." 

Source: aciafrica.org

 
 
Retour à la liste des nouvelles