RD CONGO


Tremblements volcaniques et menaces militantes
en RD Congo : une double peine

 
Les habitants fuient l'éruption volcanique du Nyiragongo à GomaLes habitants fuient l'éruption volcanique du Nyiragongo à Goma

La confusion grandit à Goma, une ville de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) qui a récemment connu une éruption volcanique. Les habitants ne savent pas s'ils doivent fuir ou rester sur place, loin des militants qui se trouvent à l'extérieur de la ville.

L'organisation caritative catholique, Aide à l'Église en détresse (AED) International, a signalé que la situation dans la ville, où se trouve le siège du diocèse catholique de Goma, est alarmante.

"Après la première éruption du volcan Nyiragongo dans la nuit de samedi à dimanche, la situation semblait s'être calmée, mais de forts mouvements de terrain et le risque d'une nouvelle éruption obligent la population à évacuer la ville, qui compte environ deux millions d'habitants", indique la direction de l'AED dans un rapport partagé avec ACI Afrique jeudi 27 mai.

Dans le rapport, le Père Arsene Masumbuko, le Recteur du Séminaire Saint Jean Paul II à Buhimba dans le diocèse de Goma dit à AED que les gens sont maintenant obligés de décider entre le danger auquel ils font face avec les tremblements en cours et les assauts possibles des groupes armés.

"Je demande des prières pour la population de Goma et pour nos séminaristes. Nous ne savons toujours pas si nous devrons évacuer le séminaire", déclare le père Masumbuko.

Il ajoute : "Le grave danger est qu'il y ait une explosion dans le lac, où il y a du gaz, qui mettrait tout en danger dans une zone de 20 kilomètres. C'est pourquoi nous attendons de recevoir plus d'informations et de pouvoir prendre une décision."

Le Père Masumbuko raconte à AED qu'il avait quitté Goma vendredi en raison d'une urgence familiale, avant que le volcan ne commence à cracher de la lave. Maintenant, il n'a pas pu retourner au Séminaire.

Le prêtre indique toutefois à l'organisation caritative pontificale qu'il est "en contact permanent avec le vice-recteur pour décider de la marche à suivre."

Dans une interview accordée à ACI Afrique le lundi 24 mai, Nelson Mantama, le responsable de la communication du Centre catholique de la jeunesse du diocèse de Goma, a déclaré que les habitants de la région étaient toujours en proie à la panique en raison des secousses telluriques.

"Aujourd'hui, la situation n'est pas du tout inquiétante, mais nous remarquons une certaine inquiétude et un peu d'alerte, de panique suite aux secousses qui ont ébranlé l'environnement. Et du coup, la population semble reprendre peur", a déclaré M. Mantama à ACI Afrique. 

Le responsable de la communication a déclaré que la population suivait toutefois les directives du gouvernement et de l'OVG (Observatoire Volcanologique de Goma), l'organisme qui surveille les volcans de la nation centrafricaine.

Il a déclaré à ACI Afrique que, bien qu'il n'y ait pas d'éruption active en surface, des fissures actives étaient encore visibles et que ces fissures semaient la panique parmi la population.

Dans le rapport du 27 mai, la direction de l'AED explique le danger qui entoure Goma, en dehors de l'éruption volcanique qui aurait tué plus de 30 personnes et déplacé des milliers d'autres.

"La population du Nord-Kivu, où se trouve Goma, a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années en raison des réfugiés de la guerre civile et de la situation de violence et d'insécurité causée par les groupes armés actifs dans les régions", rapporte AED.

Maintenant, le premier dilemme est de savoir s'il faut évacuer ou non, selon le père Masumbuko.

Il explique le dilemme : "Même si nous évacuons, la question suivante est de savoir où aller et surtout comment s'y rendre, car la sécurité en dehors de Goma est très fragile. Il y a des groupes armés qui profitent de cette situation pour attaquer et agresser les gens."

"La situation est chaotique", déclare le prêtre à AED, ajoutant que la Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation dans le pays (MONUSCO), la force de maintien de la paix de l'ONU en RDC, a déjà quitté le pays.

Il n'y a pas de sources d'information fiables sur ce qu'il faut faire et les habitants du pays reçoivent des messages contradictoires sur les plateformes de médias sociaux, notamment Facebook et WhatsApp, dit-il.

"C'est vraiment un drame. Je vous demande de nous soutenir par vos prières", déclare le prêtre à l'organisation caritative qui a soutenu la formation des 29 séminaristes du séminaire.

Source : aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles