Afrique


Les pays africains enregistrent la plus forte croissance
du christianisme dans le monde, malgré les persécutions

 
Ordination de 25 diacres originaires de six pays africains à la paroisse St. John the Evangelist, Karen de l'archidiocèse de Nairobi/ Crédit : ACI AfriqueOrdination de 25 diacres originaires de six pays africains à la paroisse St. John the Evangelist, Karen de l'archidiocèse de Nairobi/ Crédit : ACI Afrique
 

Une nouvelle étude révèle que le christianisme est en hausse dans les pays africains, malgré un environnement religieux difficile sur le continent, caractérisé par la persécution des chrétiens et le manque de soutien des gouvernements aux églises.

L'étude, qui a été menée dans 166 pays du monde entier pour examiner la corrélation entre la croissance du christianisme et le soutien qui lui est apporté par les gouvernements respectifs, a placé 10 pays africains en tête de la liste des pays où la croissance a été immense.

Les 10 pays africains étudiés sont la Tanzanie, le Malawi, la Zambie, l'Ouganda, le Rwanda,

Madagascar, le Liberia, le Kenya, la RD Congo et l'Angola.  Dans ces pays, seuls le Kenya, la Tanzanie et la Zambie bénéficient d'une certaine forme de soutien de l'État, tandis que les autres pays sont laissés à eux-mêmes.

Intitulée "Paradoxes of Pluralism, Privilege, and Persecution : Explaining Christian Growth and Decline Worldwide", l'étude de Nilay Saiya et Stuti Manchanda a été publiée le mois dernier dans la revue universitaire Sociology of Religion.

En outre, aucun pays africain ne figure sur la liste des pays où le déclin du christianisme a été le plus marqué.

Les pays qui connaissent le déclin le plus rapide des populations chrétiennes, alors que l'État soutient fortement le christianisme, sont la République tchèque, la Bulgarie, la Lettonie, l'Estonie, l'Albanie, la Moldavie et la Serbie.

Parmi les autres pays où le christianisme est en déclin figurent l'Allemagne, la Lituanie et la Hongrie, selon le rapport de la revue Sociology of Religion.

Dans leur étude, Saiya et Manchanda affirment que les chrétiens qui vivent leur foi dans des environnements difficiles sont contraints de rivaliser avec d'autres pour survivre.

"Dans ces environnements (difficiles), les chrétiens n'ont pas le luxe de devenir complaisants", affirment les chercheurs, qui ajoutent : "D'une part, le pluralisme signifie que le christianisme doit activement rivaliser avec d'autres traditions religieuses pour gagner et conserver des adhérents. D'autre part, la persécution peut, paradoxalement, parfois renforcer le christianisme en approfondissant les attachements à la foi et en renforçant la solidarité entre les chrétiens."

 

Faisant référence à l'étude dans un essai publié par le magazine évangélique "Christianity Today", Saiya affirme que "la plus grande menace pour la vitalité chrétienne n'est pas la persécution, la richesse, l'éducation ou le pluralisme. C'est le soutien de l'État".

Dans sa publication du 6 mai, Mme Saiya indique que l'étude vise à remettre en question la croyance selon laquelle la science, la technologie et l'éducation entraînent le déclin du christianisme.

D'autres chercheurs, dit-il dans l'article, ont suggéré que la cause du déclin religieux est l'accumulation de richesses.

"L'augmentation de la prospérité, croit-on, libère les gens de l'obligation de se tourner vers une puissance supérieure pour subvenir à leurs besoins quotidiens. En d'autres termes, il existe un lien direct entre la richesse et l'athéisme", explique l'universitaire, avant d'ajouter : "Mon coauteur et moi-même remettons en question l'idée reçue selon laquelle l'éducation et la richesse sonnent le glas du christianisme."

Dans leur analyse d'un échantillon mondial de 166 pays entre 2010 et 2020, les deux chercheurs constatent que le déterminant le plus important de la vitalité chrétienne est la mesure dans laquelle les gouvernements apportent un soutien officiel au christianisme par le biais de leurs lois et politiques.

Toutefois, ce soutien ne se manifeste pas de la manière dont les croyants fervents pourraient s'y attendre, affirment les deux chercheurs, qui expliquent : "À mesure que le soutien gouvernemental au christianisme augmente, le nombre de chrétiens diminue de manière significative."

Les chercheurs ont constaté que sept des dix pays dont la population chrétienne croît le plus rapidement n'offrent que peu ou pas de soutien officiel au christianisme.

"Paradoxalement, le christianisme se porte mieux quand il doit se débrouiller tout seul", dit Saiya.

Il ajoute, en référence à la croissance du christianisme en Afrique : "Aujourd'hui, il y a près de 700 millions de chrétiens en Afrique, ce qui en fait le continent le plus chrétien du monde en termes de population. En effet, les 10 pays susmentionnés dont la population chrétienne connaîtra la croissance la plus rapide au monde entre 2010 et 2020 sont tous situés en Afrique subsaharienne."

Le christianisme a fait des percées en Afrique non pas parce qu'il jouit d'une position privilégiée auprès de l'État, mais parce qu'il doit rivaliser avec d'autres traditions religieuses sur un pied d'égalité, affirme le chercheur.

Il ajoute que parmi les pays où le christianisme a connu une croissance remarquable, un seul, la Tanzanie, a un niveau de soutien officiel à la religion qui se situe dans la moyenne mondiale.

L'étude a révélé que dans les autres cas, notamment au Kenya et en Zambie, le soutien au christianisme était inférieur à la moyenne mondiale.

Les chercheurs ont constaté que neuf des dix pays dont les populations chrétiennes diminuent le plus rapidement dans le monde offrent des niveaux modérés à élevés de soutien officiel au christianisme.

Ils ont conclu que ce privilège comprend le financement de l'État à des fins religieuses, l'accès spécial aux institutions publiques et les exemptions des règlements imposés aux groupes religieux minoritaires.

Ce soutien, cependant, ne finit pas par aider l'église, selon les données recueillies par les chercheurs.

Dans son article expliquant ces résultats, M. Saiya avance que les églises soutenues par l'État sont souvent dépourvues de la substance spirituelle que les pratiquants trouvent précieuse, ce qui conduit les laïcs à les quitter.

Cela a été observé dans l'Église catholique dans les pays où le christianisme jouit d'un privilège d'État.

Saiya affirme qu'une tendance similaire a été observée dans les pays à majorité catholique. 

Il explique que pendant une grande partie du 20e siècle, des pays comme le Portugal, l'Espagne, la Belgique et l'Italie ont apporté un soutien important à l'Église catholique romaine et ont activement discriminé les non-catholiques dans les domaines du droit de la famille, de la radiodiffusion religieuse, de la politique fiscale et de l'éducation.

"Si le privilège des catholiques dans ces pays s'est affaibli dans de nombreuses régions d'Europe, le terrain de jeu religieux reste déséquilibré sur des points importants, notamment en ce qui concerne les barrières à l'entrée pour les nouveaux mouvements religieux", indique le chercheur.

L'étude a également révélé que les contextes de discrimination anti-chrétienne n'ont généralement pas pour effet d'affaiblir le christianisme.

"Dans certains cas, la persécution renforce même l'église", déclare Saiya dans sa soumission à Christianity Today, et ajoute : "Comme une saine compétition religieuse, la persécution religieuse - pour des raisons entièrement différentes - ne permet pas aux chrétiens de devenir complaisants."

Il affirme que dans la persécution, les croyants se tournent vers leur foi comme une source de force, et que c'est cette dévotion qui attire ceux qui ne sont pas croyants.

Dans leur étude, les deux chercheurs invitent les institutions religieuses à éviter la tentation du privilège et à ne pas considérer la concurrence religieuse comme une menace et un élément à exclure.

Cela ne signifie pas que les chrétiens doivent s'isoler de la vie publique et abandonner complètement la politique, disent-ils, et ils expliquent que cette approche "mettrait fortement en garde les chrétiens contre l'assimilation d'un parti politique, d'une idéologie politique ou d'une nation aux plans de Dieu".

"Nos recherches suggèrent que la meilleure façon pour les communautés chrétiennes de retrouver leur témoignage évangélique est de rejeter la quête de privilèges politiques comme étant incompatible avec les enseignements de Jésus", déclare Saiya.

Il explique : "En agissant ainsi, ils (les chrétiens) montreraient qu'ils prennent au sérieux la promesse du Christ selon laquelle aucune force ne pourra prévaloir contre son Église."

Le spécialiste des questions religieuses affirme que le rejet du privilège rendra les croyants plus dépendants de l'Esprit Saint pour ouvrir les cœurs au message de l'Évangile.

Source : aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles