ETHIOPIE


Un prêtre catholique de la région troublée du Tigré
affirme que la situation de l'Éthiopie s'aggrave de jour en jour

 

La situation humanitaire dans la région éthiopienne du Tigré, en guerre depuis novembre dernier, se détériore de jour en jour, a déclaré un prêtre catholique qui exerce son ministère dans la région la plus septentrionale du pays.Le prêtre, qui a préféré garder l'anonymat pour des raisons de sécurité, a déclaré à l'organisation caritative pontificale Aide à l'Église en détresse (AED) des États-Unis que les habitants de la région couverte par l'éparchie éthiopienne d'Adigrat souffrent énormément et que beaucoup sont maintenant traumatisés.Décrivant l'étendue du conflit en cours entre le gouvernement et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), le prêtre a déclaré qu'il y a "toujours une guerre dévastatrice dans presque toute la région du Tigré".Il a ajouté : "Je n'ai pas les mots pour décrire leur souffrance - il y a un grand désespoir et les gens sont traumatisés."Le 4 novembre, des combats ont éclaté dans le Tigré après que le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed eut envoyé des troupes fédérales, soutenues par des milices et l'armée d'Amhara, ainsi que des troupes d'Érythrée, pour combattre le TPLF, qu'il accusait d'avoir organisé des élections illégitimes.

La direction de l'organisation caritative pontificale rapporte que des centaines de personnes sont mortes dans la région éthiopienne du Tigré, déchirée par la guerre, où les prêtres sont battus et les églises saccagées. En outre, la faim est "endémique" et la peur s'empare des habitants qui n'ont plus de médicaments."Il n'y a pas de services publics officiels, pas assez de nourriture, pas de médicaments, pas de sécurité ni de confiance", a déclaré le prêtre qui s'est adressé à l'organisation caritative, et a ajouté : "La situation empire à chaque instant."Décrivant la souffrance des enfants et des orphelins, l'ecclésiastique a déclaré : "Les gens sont à bout de force. Les mères viennent demander de l'aide parce qu'elles ont perdu leurs enfants et ne savent pas où ils sont."Les attaques dans le pays situé dans la corne de l'Afrique sont aveugles et ont touché des prêtres et des religieuses catholiques qui sont battus, blessés et parfois tués, indique le rapport d'AED du mardi 27 avril. De plus, les biens de l'Eglise ont été pillés par les soldats qui ont pris le contrôle de la région.L'Église n'a cependant pas faibli dans sa prise en charge des personnes les plus touchées, "gardant ses brebis avec le soin nécessaire pour son peuple", témoigne le prêtre catholique.

Dans son appel à l'aide pour soulager la crise humanitaire au Tigré, le prêtre implore : "S'il vous plaît, continuez à prier pour nous et à nous soutenir. Nous avons besoin de votre aide, tant matérielle que spirituelle... Un grand merci pour votre solidarité et votre sincère préoccupation en ces temps dramatiques."

Source : aciafrique.org

Retour à la liste des nouvelles